Yémen : l'envoyé de l'ONU appelle au dialogue face au climat de tension

Le Conseiller spécial du Secrétaire général sur le Yémen, Jamal Benomar. Photo ONU/Devra Berkowitz

22 août 2014 – Le Conseiller spécial du Secrétaire général sur le Yémen, Jamal Benomar, a appelé vendredi toutes les parties au Yémen à la sagesse et au dialogue pour surmonter le climat de forte tension actuelle dans le pays.

Selon la presse, des centaines d'hommes armés de la rébellion chiite au Yémen, les Houthis, ont observé cette semaine des sit-in dans la périphérie de la capitale Sanaa, leurs partisans se mobilisant pour obtenir la chute du gouvernement à qui ils ont adressé un ultimatum expirant vendredi pour démissionner.

Jeudi, le Président Abd Rabbu Mansour Hadi a appelé les forces armées du Yémen à relever leur niveau de vigilance et à se préparer à toute éventualité. Il a mis en garde les rebelles contre les conséquences de toute atteinte à la sécurité du pays.

« Au cours des dernières heures, M. Benomar a rencontré le Président Hadi et des dirigeants politiques dont des représentants des Houthis et des partis socialiste, nassérien et de l'Islah », a déclaré le Bureau du Conseiller spécial dans un communiqué de presse.

M. Benomar « fait tout son possible pour répondre aux causes profondes de l'actuelle rébellion dans le pays », a ajouté le communiqué.

Le Conseiller spécial « exhorte toutes les parties à faire preuve de sagesse et à maintenir un esprit de partenariat national et une coopération constructive pour surmonter les défis actuels et faire avancer le processus politique. Il réaffirme la nécessité de respecter l'accord de transition, les résultats de la Conférence de dialogue national et les résolutions du Conseil de sécurité. »

Jamal Benomar a une nouvelle fois rappelé le soutien de l'ONU et de la communauté internationale au Président Hadi « pour faire avancer la transition politique et maintenir la paix et la stabilité au Yémen. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Yémen : l'UNICEF et le PAM préoccupés par la forte prévalence de l'insécurité alimentaire