Centrafrique : l'ONU se félicite des progrès sur le plan politique

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine, Babacar Gaye. Photo: ONU

19 août 2014 – A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité mardi sur la situation en République centrafricaine, le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Babacar Gaye, s'est félicité des progrès enregistrés au cours des dernières semaines sur le plan politique et a exhorté la communauté internationale à continuer de soutenir le pays à sortir de la crise.

« Au cours des dernières semaines, d'importants progrès ont été enregistrés sur le plan politique notamment depuis le sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) à Malabo et la réunion du Groupe international de contact à Addis-Abeba », a expliqué M. Gaye devant les membres du Conseil. « La tenue du Forum de Brazzaville et la signature de l'Accord de cessation des hostilités le 23 juillet ont marqué le début d'un processus politique, qui est essentiel à une stabilité durable en République centrafricaine. C'est un important pas en avant. »

Toutefois, le Représentant spécial a estimé que le chemin sera long et difficile. La chef de l'Etat de transition a nommé un nouveau Premier ministre le 10 août et cette nomination a suscité des réactions négatives de la part des principaux acteurs, notamment les ex-Séléka et les partis d'opposition invités à faire partie du nouveau gouvernement.

« Cette situation est préoccupante. Nous devons encourager les autorités de transition à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour s'assurer que le nouveau gouvernement soit inclusif et respectueux des intérêts de tous les principaux acteurs », a dit M. Gaye.

Les priorités de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) sont actuellement de diffuser les dispositions de l'Accord de cessation des hostilités dans le pays, mettre en place un mécanisme de suivi et enquêter sur ses violations, a-t-il ajouté.

S'agissant de la situation en matière de sécurité, il a noté une amélioration relative, notamment dans la capitale Bangui. Cela a eu pour conséquences une forte baisse du nombre de déplacés à Bangui. Certains commerçants musulmans sont également revenus du Cameroun à Bangui.

En ce qui concerne les droits de l'homme, la violence interconfessionnelle et le cycle de violences et de représailles continuent dans de nombreuses parties du pays où l'autorité de l'Etat reste largement absente.

Quant aux besoins humanitaires, ils restent immenses, selon le Représentant spécial. 2,5 millions de personnes, près de la moitié de la population du pays, ont besoin d'une assistance.

Babacar Gaye a rappelé que l'opération de maintien de la paix des Nations Unies commencera dans moins de quatre semaines avec le transfert d'autorité de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) à la MINUSCA.

« Nous avons le devoir moral de rester mobilisés autour de la crise centrafricaine et la souffrance de son peuple », a conclu M. Gaye.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU salue la signature des engagements de Brazzaville sur le processus de paix en Centrafrique

En savoir plus