RDC : l'ONU se félicite des progrès réalisés en un an dans l'est du pays

Une école dans la ville de Kolula dans le Sud-Kivu en RDC. Photo ONU/OCHA

7 août 2014 – De hauts responsables des Nations Unies se sont félicités jeudi lors d'une réunion du Conseil de sécurité des progrès réalisés en un an pour stabiliser la situation dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

« En août 2013, le M23 frappaient aux portes de Goma », a rappelé le Représentant spécial du Secrétaire général en RDC, Martin Kobler, dans un exposé devant les membres du Conseil de sécurité. « Vous veniez de condamner les attaques sanglantes par les Forces alliées démocratiques (ADF) contre des citoyens congolais, qui avaient forcé 66.000 personnes à fuir leurs domiciles. L'activité des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans l'est de la RDC était en hausse. »

Aujourd'hui, la situation est bien différente, selon M. Kobler. « Le M23 n'est plus. Aujourd'hui, les forces armées congolaises (FARDC) ont réduit les ADF à l'ombre d'elles-mêmes. Aujourd'hui, près de 4.000 combattants d'une série de groupes armés se sont rendus. Et aujourd'hui, les FDLR semblent commencer à désarmer volontairement alors que près de 500.000 déplacés sont retournés chez eux », a-t-il dit.

Le Représentant spécial a toutefois estimé que la situation était « encore fragile et pas irréversible. »

La RDC estime qu'il reste encore 1.500 combattants des FDLR dans le pays. « Je suggère des opérations militaires conjointes contre ces factions des FDLR qui ne veulent pas désarmer et d'agir contre ceux qui continuent de commettre des violations des droits de l'homme », a dit M. Kobler.

Selon lui, « la fin des FDLR marquera un tournant qui changera fondamentalement la situation sécuritaire dans l'est de la RDC et la région. »

De son côté, l'Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson, dont c'était la dernière apparition devant le Conseil de sécurité dans cette fonction, a rappelé qu'elle avait salué fin mai l'annonce par les FDLR de leur reddition volontaire. « Toutefois, le processus n'a pas encore gagné suffisant d'élan pour montrer qu'il est crédible », a-t-elle estimé.

Mme Robinson s'est toutefois dite encouragée par les perspectives et les opportunités générées par l'Accord-cadre de paix, de sécurité et de coopération pour la RDC et la région des Grands Lacs et par les succès significatifs enregistrés jusqu'à présent.

« Davantage reste à faire dans les jours à venir et de sérieux obstacles se trouvent sur le chemin d'une paix irréversible », a déclaré Mme Robinson. Elle a notamment cité la situation humanitaire, l'impunité, le sort des réfugiés et des déplacés, la restauration de l'autorité de l'Etat dans l'est de la RDC, l'accélération de la réforme du secteur de la sécurité et le processus de désarmement volontaire des FDLR.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RDC : l'ONU appelle à renforcer la lutte contre l'impunité de ceux qui recrutent des enfants-soldats

En savoir plus





Coup de projecteur