Ukraine : L'attaque contre l'avion de la Malaysia Airlines pourrait constituer un « crime de guerre » - Navi Pillay

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay. Photo ONU/Paulo Filgueiras

28 juillet 2014 – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé lundi à une enquête indépendante sur les circonstances du crash de l'avion de la Malaysia Airline, qui a été abattu dans l'est de l'Ukraine le 17 juillet.

Suite à la publication d'un rapport par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) sur la situation dans cette région qui fait état d'un effondrement total de la loi et de l'ordre et le règne de la peur et de la terreur infligés par des groupes armés, Mme Pillay a indiqué que l'attaque contre cet avion civil pourrait constituer un crime de guerre.

« Je tiens à souligner à tous ceux qui sont impliqués dans le conflit, y compris les combattants étrangers, que tous les efforts seront faits pour veiller à ce que toute personne ayant commis des violations graves du droit international, notamment les crimes de guerre, sera traduit en justice, peu importe qui ils sont », a déclaré Mme Pillay. « J'exhorte toutes les parties à mettre fin à la violence et à rétablir l'état de droit et le respect des droits de l'homme ».

Le rapport, qui couvre la période du 8 juin au 15 juillet, ne couvre pas officiellement le crash qui a eu lieu le 17 juillet, mais lors de la publication du rapport M. Pillay a cependant appelé à une « enquête rapide, approfondie, indépendante et impartiale ».

Le Conseil de sécurité de l'ONU a également appelé à une enquête internationale sur l'incident, et a exigé que les groupes armés permettent un accès illimité au site du crash et veiller à ce que l'intégrité du site soit assuré.

Dans le rapport, le HCDH documente la façon dont les groupes armés continuent d'enlever, de détenir, de torturer et d'exécuter des otages dans le but d'intimider et « d'exercer leur pouvoir sur la population de façon brutale ».

Selon le rapport, plus de 812 personnes ont été enlevées ou détenues, dont des personnalités politiques et des employés de l'industrie minière de charbon locale, mais majoritairement des citoyens ordinaires, tels que des enseignants et des étudiants. Les personnes détenues sont fréquemment utilisés pour obtenir des rançons, tandis que d'autres sont contraints de creuser des tranchées ou combattre sur les lignes de front. Des informations font également état d'exécutions suite à des condamnations de tribunaux militaires autoproclamés.

De son côté, le gouvernement ukrainien a renforcé ses opérations, avec des combats violents qui ont contraints près de 101.617 personnes à fuir vers d'autres régions de l'Ukraine, selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Les rapports de combats de plus en plus intenses dans les régions de Donetsk et Luhansk sont extrêmement alarmants », a déclaré Mme Pillay, en ajoutant que les deux camps utiliseraient des armes lourdes dans des zones peuplées, dont de l'artillerie, des chars, des roquettes et des missiles.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ukraine : le Conseil de sécurité demande une enquête internationale sur l'attentat contre l'avion de la Malaysia Airlines

En savoir plus





Coup de projecteur