Gaza : face à l'escalade du conflit, Ban se rend dans la région pour aider à chercher une solution

Une fille devant sa maison détruite par un bombardement israélien le 12 juillet 2014. Photo: UNICEF/El Baba

18 juillet 2014 – Face à l'escalade de la violence à Gaza, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé vendredi qu'il se rendra dans la région demain, pour exprimer sa solidarité avec les Palestiniens et Israéliens et les aider, en coordination avec les acteurs régionaux et internationaux, à mettre fin à la violence et à trouver la voie à suivre.

Lors d'une réunion au Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a exprimé sa préoccupation par l'escalade de la violence et la réponse particulièrement virulente et lourde d'Israël aux tirs de roquette palestiniens.

Si les tirs de roquettes contre Israël ont marqué la fin de la pause humanitaire, les israéliens ont depuis mené quatre incursions terrestres, 90 attaques aériennes, lancé 91 missiles et plus de 500 obus d'artillerie. De leur côté, les groupes armés palestiniens ont lancé 127 roquettes et 29 obus de mortiers vers Israël.

« Le Président palestinien Mahmoud Abbas a écrit au Secrétaire général pour lui demander de placer la Palestine sous protection internationale dans un système administré par l'ONU », a indiqué M. Feltman en souligant que M. Ban étudie cette demande.

« Le cessez-le-feu est indispensable et urgent, sinon d'autres pauses humanitaires seront nécessaires. Nous ne pouvons revenir au statu quo, et une fois le calme rétabli il faudra retourner aux causes sous-jacentes du conflit, à savoir la fin de la contrebande d'armes, l'ouverture des points de passage et le retour de Gaza sous l'autorité du Gouvernement palestinien légitime, qui adhère aux engagements pris par l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP) », a souligné le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques.

L'impact de la crise à Gaza commence à se faire ressentir dans toute la région, a prévenu le Secrétaire général adjoint, en indiquant par exemple que 11 roquettes ont été lancées contre Israël à partir de la zone d'opérations de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Sur un autre font, les dernières violations de l'Accord sur la Force de désengagement entre Israël et la Syrie (FNUOD) ont montré le grave danger que la situation en matière de sécurité continue de poser à la stabilité du Golan.

« La situation à Gaza a des répercussions en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-est », a rappelé M. Feltman. « Depuis ce matin, des restrictions sont imposés à l'accès à vieille ville de Jérusalem, où les forces de sécurité israéliennes sont déployées en nombre. La situation actuelle sur le terrain est le résultat ultime d'un échec collectif à promouvoir une solution politique au conflit israélo-palestinien ».

« Les mesures temporaires ne suffiront plus. La communauté internationale doit assumer ses responsabilités de contribuer de manière urgence à une perspective sérieuse de voir la solution à deux Etats devenir une réalité. C'est la seule façon de faire durer un cessez-le-feu », a-t-il souligné.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Gaza : Ban rappelle qu'il n'y a pas de solution militaire alors qu'Israël lance une offensive terrestre

En savoir plus





Coup de projecteur