L'ONU appelle à plus d'investissements en Afrique pour stimuler le développement inclusif, équitable et durable

En République centrafricaine, le projet du PNUD initiera des travaux publics visant à réparer les infrastructures endommagées. Photo PNUD

17 juillet 2014 – Lors d'un débat sur la promotion des investissements en Afrique, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, John Ashe, a souligné jeudi la nécessité de mobiliser les ressources nécessaires pour stimuler le développement dans ce continent pour permettre de réaliser des progrès dans le domaine du développement.

« L'Afrique a besoin de combler un énorme déficit de financement », a déclaré M. Ashe. « Les financements innovants doivent venir de l'intérieur du continent et de plus d'investissements du secteur privé, ainsi que des collaborations public-privé ».

M. Ashe a déclaré qu'au cours des dix dernières années, des sommes considérables ont été investies dans de nombreux pays africains, y compris ceux avec des taux de croissance très élevés. Les investissements directs étrangers (IDE) vers le continent a augmenté de façon constante depuis l'an 2000.

Toutefois, une grande partie de ces investissements sont liées à l'industrie extractive ou l'exportation des ressources, et il n'ont pas contribué à améliorere la capacité de production ou créés des emplois. Malgré des ressources naturelles abondantes, la répartition des bénéfices reste inéquitable et les revenus n'ont pas servi à développer les économies locales.

« Par conséquent, les déficits de financement importants demeurent, notamment dans le domaine de l'agriculture, de l'industrie et du développement des infrastructures », a expliqué M. Ashe.

De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré que lors de ses voyages en Afrique, il a pu constater le dynamisme et le potentiel du continent. Selon les estimations de l'ONU, la croissance globale de l'Afrique dépassera 5% en 2015, notamment grâce à la demande intérieure et la stabilité des prix des produits de base.

« Mais, cette performance positive ne doit pas nous rendre complaisants », a souligné M. Ban, en ajoutant que de sérieux défis demeurent notamment pour assurer un développement économique et social plus inclusif, équitable et durable.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Afrique : l'ONU lance un appel urgent pour financer l'aide alimentaire destinée à 800.000 réfugiés

En savoir plus





Coup de projecteur