VIH : 19 millions des 35 millions de séropositifs dans le monde ne savent pas qu'ils sont infectés - ONUSIDA

Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé. Photo: ONUSIDA/Jean-Marc Ferré

16 juillet 2014 – Un rapport publié mercredi par le Programme des Nations Unies de lutte contre le VIH/Sida (ONUSIDA) montre que 19 millions de personnes sur les 35 millions qui vivent avec le VIH dans le monde ne connaissent pas leur séropositivité au VIH.

« La question de savoir si vous pouvez vivre ou mourir ne devrait pas dépendre de l'accès à un test VIH, » a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA. « Une mise à niveau plus intelligente est requise pour combler l'écart entre les gens qui connaissent leur statut VIH et ceux qui ne le connaissent pas, entre les gens qui peuvent obtenir des services et les gens qui ne le peuvent pas, et entre les gens qui sont protégés et ceux qui sont punis. »

Le rapport de l'ONUSIDA montre que lorsque les gens découvrent leur séropositivité au VIH ils chercheront à obtenir un traitement salvateur. En Afrique subsaharienne près de 90% des personnes dont le test VIH s'est révélé positif ont ensuite accédé à la thérapie antirétrovirale (TAR). Les recherches montrent également qu'en Afrique subsaharienne 76% des personnes sous TAR ont atteint une suppression virale – ce qui signifie qu'elles ne sont pas susceptibles de transmettre le virus à leurs partenaires sexuel(le)s.

Une nouvelle analyse des données démontre que pour chaque augmentation de 10% de la couverture du traitement il y a une diminution de 1% du pourcentage des nouvelles infections parmi les personnes vivant avec le VIH.

Le rapport souligne que les efforts pour améliorer l'accès à la thérapie antirétrovirale sont couronnés de succès. En 2013, 2,3 millions de personnes supplémentaires ont pu avoir accès aux médicaments qui sauvent des vies. Cela porte le total mondial des personnes accédant au traitement antirétroviral à près de 13 millions à la fin de 2013. Sur la base de l'intensification récente, l'ONUSIDA estime qu'à la date de juillet 2014 jusqu'à 13 950 296 personnes avaient accès au traitement contre le VIH.

« Si nous accélérons l'ensemble de la mise à niveau en matière de VIH d'ici à 2020, nous serons sur la bonne voie pour mettre fin à l'épidémie d'ici à 2030, » a déclaré M. Sidibé. « Sinon, nous risquons de prolonger sensiblement le temps qu'il faudra – en ajoutant une décennie voire davantage ».

En mettant fin à l'épidémie d'ici à 2030, le monde éviterait 18 millions de nouvelles infections à VIH et 11,2 millions de décès liés au sida entre 2013 et 2030. Le rapport révèle que 15 pays seulement représentent plus de 75% des 2,1 millions de nouvelles infections à VIH qui sont survenues en 2013. Dans chaque région du monde le rapport signale qu'il y a trois ou quatre pays qui supportent le fardeau de l'épidémie. En Afrique subsaharienne, trois pays seulement – l'Afrique du Sud, le Nigéria et l'Ouganda – représentent 48% de toutes les nouvelles infections à VIH.

Toutefois, le rapport montre également que des pays entiers sont laissés de côté ; par exemple, six nations – Fédération de Russie, Indonésie, Nigéria, République centrafricaine, République démocratique du Congo, et Soudan du Sud – sont confrontées à la triple menace que constituent un fardeau élevé du VIH, une faible couverture du traitement et aucune baisse, ou une faible baisse, des nouvelles infections à VIH.

L'ONUSIDA estime que la prévalence du VIH est 28 fois plus élevée parmi les personnes qui s'injectent des drogues, 12 fois plus élevée parmi les professionnel(le)s du sexe et jusqu'à 49 fois plus élevée parmi les femmes transsexuelles que dans le reste de la population adulte. En Afrique subsaharienne, les adolescentes et les jeunes femmes représentent une nouvelle infection à VIH sur quatre. Le rapport examine les raisons pour lesquelles certaines populations n'ont pas accès aux services VIH et souligne l'urgente nécessité de prendre en compte leurs besoins spécifiques.

« L'on ne mettra pas fin à l'épidémie de sida sans donner la priorité aux individus, sans faire en sorte que les personnes vivant avec et affectées par l'épidémie soient partie intégrante d'un nouveau mouvement, » a déclaré M. Sidibé. « Sans une approche centrée sur les gens, nous n'irons pas loin dans l'ère post-2015 ».

Le rapport indique qu'il est à la fois essentiel et possible de dépasser une approche au niveau du pays tout entier. Comme les pays et les régions ont des épidémies multiples et variées, le rapport souligne que le fait d'avoir mis en place des cibles nationales et de bonnes politiques crée un espace pour aborder les micro-épidémies complexes avec des solutions individuelles adaptées qui aideront à atteindre les gens plus rapidement avec de meilleurs services VIH. Il note que les villes et les communautés joueront un rôle de plus en plus important dans une mise à niveau efficace.

Toutefois, le rapport montre également qu'un manque de données sur les personnes les plus affectées par le VIH, auquel s'ajoutent la stigmatisation et la discrimination largement répandues, les environnements juridiques répressifs, les obstacles à l'engagement de la société civile, et le manque d'investissement dans des programmes adaptés, freinent les résultats. Il confirme que les pays qui ignorent la discrimination et tolèrent les inégalités ne réaliseront pas tout leur potentiel, et seront confrontés aux graves conséquences de l'inaction sur le plan de la santé publique comme sur le plan financier. Le rapport met en lumière la nécessité d'assurer un accès équitable à des services VIH de qualité comme un impératif tant du point de vue des droits de l'homme et que de la santé publique.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONUSIDA nomme le footballeur brésilien David Luiz Ambassadeur de bonne volonté

Coup de projecteur