Face aux nombreux morts à Gaza, Navi Pillay exhorte Israéliens et Palestiniens à mettre fin à l'escalade de la violence

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

11 juillet 2014 – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exprimé vendredi sa préoccupation concernant les opérations militaires israéliennes qui ont causé la mort de nombreux civils palestiniens à Gaza, ainsi que le tir sans distinction de roquettes de Gaza vers Israël. Elle a appelé toutes les parties prenantes à respecter leurs obligations en vertu des normes internationales des droits de l'homme et du droit humanitaire international.

À compter de jeudi après-midi, 88 Palestiniens, dont au moins 21 enfants et 11 femmes, ont été tués dans la bande de Gaza à la suite de frappes israéliennes depuis le début mardi soir de la dernière opération militaire israélienne. Des centaines d'autres ont été blessés selon les informations.

Depuis le début de l'opération israélienne, les factions palestiniennes armées auraient tiré 809 roquettes et 61 obus de mortier. Selon les médias, neuf civils israéliens auraient été blessés.

« Israël, le Hamas et les factions palestiniennes armées à Gaza ont déjà tenté cette expérience et elle a uniquement conduit à la mort, la destruction, la méfiance et un prolongement douloureux du conflit », a rappelé Mme Pillay dans un communiqué de presse. « Cette fois-ci, une fois de plus, les civils sont les principales victimes du conflit. J'exhorte toutes les parties prenantes à respecter leurs obligations à protéger les civils ».

Mme Pillay a souligné en particulier que les attaques ne doivent pas cibler civils, et que les dispositifs militaires doivent pas être situés dans des zones densément peuplées.

« Pour sa part, le gouvernement d'Israël doit prendre toutes les mesures possibles pour assurer le plein respect des principes de distinction, de proportionnalité et de précautions lors des hostilités, conformément au droit humanitaire international. Il ne faut en aucun cas cibler les civils », a-t-elle prévenu.

« Nous avons reçu des rapports inquiétants qui affirment que la plupart des victimes civiles, y compris les enfants, ont eu lieu lors d'attaques contre des maisons. Ces rapports soulèvent de sérieux doutes quant au respect israélien des normes internationales des droits de l'homme et du droit humanitaire international ».

Le fait de cibler des maisons de civils constitue une violation du droit international humanitaire à moins que ces maisons soient utilisées à des fins militaires. En cas de doute, les bâtiments habituellement civils, comme des maisons, sont présumées ne pas être des cibles militaires légitimes. Même si une maison est identifiée comme étant utilisée à des fins militaires, une attaque doit être proportionnelle, avoir un objectif militaire précis, et des précautions doivent être prises.

« Chaque violation supposée du droit international doit faire l'objet d'une enquête prompte, indépendante et approfondie, afin d'assurer que les victimes obtiennent la justice et des réparations adéquates », a souligné Mme Pillay.

La Haut-Commissaire a exprimé sa profonde préoccupation concernant la perspective d'une offensive terrestre et elle a réitéré l'appel lancé par le Secrétaire général pour la conclusion d'un accord de cessez-le feu.

« Il est grand temps que les dirigeants de part et d'autres abandonnent la rhétorique guerrière et le comportement dangereux d'attaques et de ripostes et s'engagent au lieu dans la recherche d'une solution pacifique pour sortir de l'impasse », a indiqué Mme Pillay.

« Je suis allé à Gaza et j'ai été à Sderot j'ai moi-même constaté l'effet traumatique des frappes aériennes et des tirs de roquettes sur les civils, et en particulier sur les enfants. Cela doit cesser », a-t-elle ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Moyen-Orient : le Secrétaire général appelle Israéliens et Palestiniens à la retenue et à un accord de cessez-le-feu

En savoir plus





Coup de projecteur