Cameroun : le PAM fournit une aide humanitaire aux réfugiés près de la frontière avec le Nigeria

Des agences humanitaires apportent de l’aide aux gens déplacés par les violences commises par Boko Haram au Nigéria. Photo IRIN/Aminu Abubakar

11 juillet 2014 – Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé vendredi le début d'une campagne de fourniture d'aide humanitaire au Cameroun dans la région frontalière avec le Nigéria pour répondre aux besoins urgents des milliers de familles ont dû fuir les violences dans le nord du Nigeria. C'est la première fois que le PAM opère si près de la frontière du Nigeria, où la situation sécuritaire est instable.

Depuis mai, près de 8.000 nigérians ont dû fuir les quartiers d'Adamaoua, de Yobe et de Borno où 200 étudiantes nigérianes ont été enlevées en avril dernier. Ils ont laissé derrière eux leurs maisons incendiées et ont fui vers le nord du Cameroun, souvent pour sauver leurs vies. Les communautés locales leur ont fourni de la nourriture et un abri, mais les stocks alimentaires s'épuisent vite et la plupart des nouveaux arrivants sont déjà sous-alimentés.

« Les collectivités locales ont fait de leur mieux pour les aider mais ces réfugiés ont un besoin urgent de nourriture et d'assistance. Nous avons relevé des niveaux inquiétants de malnutrition, surtout chez les enfants. Il s'agit d'une priorité pour le PAM et ses partenaires humanitaires », a déclaré le représentant du PAM au Cameroun, Jacques Roy, dans un communiqué de presse.

Le PAM a commencé à assister cette nouvelle vague de réfugiés nigérians en juin en aidant près de 7.500 d'entre eux lors d'une première série de distributions alimentaires. A la fin du mois de juin, une étude a révélé des niveaux alarmants de malnutrition parmi les enfants nouvellement arrivés. Dans un village du district de Waza, les taux de malnutrition aiguë atteignaient 25%, ce qui est bien au-dessus du seuil d'urgence de 15%.

Le PAM a aussi procuré des stocks d'aliments nutritionnels spéciaux aux dispensaires locaux pour lutter contre la malnutrition et prévoit de distribuer ces aliments à tous les enfants de moins de cinq ans et aux femmes enceintes et allaitantes parmi les réfugiés, afin de prévenir la malnutrition.

Avant cette dernière vague d'arrivants, le Cameroun accueillait déjà des réfugiés du Nigeria hébergés dans le camp de Minawao et par les communautés hôtes.

Selon l'agence de l'ONU pour les réfugiés, le HCR, environ 650.000 personnes ont été déplacées à Adamaoua, Yobe et Borno où les attaques des groupes armés sont les plus fréquentes et où, par conséquent, il y a le plus grand nombre de familles forcées de fuir leurs maisons.

Alors qu'on redoute que d'avantage de familles soient contraintes de fuir, le PAM et ses partenaires humanitaires prévoient une opération qui pourrait aider jusqu'à 50.000 personnes d'ici la fin de l'année.

Au même moment, les organisations humanitaires au Cameroun font face à une autre situation d'urgence à l'est, où 107.000 personnes ont dû fuir le conflit en République centrafricaine. On prévoit que le nombre de réfugiés devrait atteindre 180.000 d'ici la fin de l'année.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Nigéria : l’ONU déterminée à soutenir la stabilité dans la région du Lac Tchad, selon Djinnit

En savoir plus



Aucun résultat
Aucun résultat