Afrique de l'Ouest : le Représentant de l'ONU appelle le Conseil de sécurité à répondre au problème du terrorisme au Nigéria

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit. Photo ONU/Rick Bajornas

8 juillet 2014 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit, a appelé mardi le Conseil de sécurité à répondre au problème posé par l'insurrection et l'insécurité au Nigéria, s'inquiétant notamment de l'augmentation des activités de Boko Haram, qui a été enregistrée ces dernières semaines.

« Avec l'augmentation de l'insécurité dans le nord-est du pays et la montée des tensions et des divisions politiques à l'approche des élections générales de 2015, le Nigéria se trouve à la croisée des chemins », a souligné M. Djinnit en ajoutant que les dirigeants nigérians doivent adopter une position unifiée et un front commun afin de confronter cette « insécurité persistante ».

Venu présenter le rapport du Secrétaire général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest, un document qui couvre la période allant du 1er janvier au 30 juin 2014, M. Djinnit a indiqué dans un premier temps qu'au plan économique, avec une moyenne de 7%, la région de l'Afrique de l'Ouest continue d'enregistrer la croissance la plus élevée sur le continent.

« Les pays ouest-africains continuent d'éprouver de grandes difficultés à répondre aux attentes de leurs ressortissants en matière sociale. Les populations ne bénéficient pas toujours des dividendes de ce progrès économique et n'en voient pas les retombées », a souligné M. Djinnit.

« Si des progrès en matière de réduction de l'extrême pauvreté ont été enregistrés dans l'ensemble des pays de la région, les bilans, en ce qui concerne l'accès à l'éducation primaire et la réduction de la faim et de la malnutrition sont pour le moins mitigés. Les femmes et les jeunes sont les plus durement affectés par les réponses, d'un niveau insuffisant, qu'apportent les États aux nombreux défis sociaux. Dans certains pays, a indiqué le Représentant spécial, la montée de l'insécurité a eu pour conséquence que les États ont dû opérer un redéploiement des ressources disponibles vers les priorités et les urgences sécuritaires, ceci au détriment du développement », a-t-il ajouté.

M. Djinnit a ensuite salué la conclusion heureuse de la transition politique et l'élection de nouvelles autorités légitimes en Guinée-Bissau, ce qui ouvre ainsi une page nouvelle dans l'histoire tourmentée de ce pays. La crise au Mali a par contre révélé les limites dont souffrent la région ouest-africaine et le continent africain en matière de capacité de réponse rapide aux crises. Le Représentant spécial s'est néanmoins réjouit de la reprise du processus de dialogue entre les parties maliennes.

M. Djinnit a averti le Conseil de sécurité qu'en dépit des efforts déployés, la région d'Afrique de l'Ouest, dans son ensemble, continue de faire face aux défis redoutables que sont la criminalité transnationale organisée et l'augmentation des activités terroristes. M. Djinnit a notamment exprimé sa préoccupation concernant le risque que les réseaux criminels de la région se mettent à recruter des jeunes, dont un très grand nombre sont au chômage et sans grande perspective d'avenir.

« Il est essentiel que les pays d'Afrique de l'Ouest se mettent ensemble et établissent des stratégies effectives et des mécanismes de coopération pour faire face à cette menace qui risque de déstabiliser toute la région sahélo-saharienne », a souligné M. Djinnit.

Le Représentant spécial du Secrétaire général a par ailleurs indiqué qu'en 2015, « pas moins de cinq élections cruciales » seront organisées en Afrique de l'Ouest, notamment en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso, en Guinée, au Niger et au Nigéria. Ces scrutins se dérouleront dans des sociétés fortement polarisées et dans un contexte de profondes divisions politiques et de controverses concernant des initiatives relatives à des amendements constitutionnels qui, s'ils étaient adoptés, modifieraient la durée des mandats présidentiels ou lèveraient la limitation du nombre de ces mandats à la tête des États concernés.

Le Représentant spécial s'est dit convaincu que l'Union du fleuve Mano a la capacité de devenir « un phare de prospérité et de stabilité en Afrique de l'Ouest. » Alors que la piraterie et la criminalité en mer dans le Golfe de Guinée posent un autre défi de taille pour la stabilité et le développement économique de la région, le Représentant spécial a aussi souligné l'importance de mettre en œuvre le cadre stratégique adopté le 25 juin 2013 lors du Sommet de Yaoundé, au Cameroun. Il a ensuite signalé que la situation dans le Sahel demeure « alarmante » et a engagé les parties externes à veiller à la complémentarité de leurs efforts et à agir de concert en faveur de cette région.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Nigéria : l’ONU déterminée à soutenir la stabilité dans la région du Lac Tchad, selon Djinnit

Aucun résultat
Aucun résultat