L'OMS vise l'élimination de la tuberculose dans plus de 30 pays

Des patients infectés par la tubeculose au Myanmar reçoivent leur traitement dans une clinique située près de la frontière avec la Thaïlande. Photo: IRIN/Sean Kimmons

3 juillet 2014 – L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a présenté jeudi un nouveau cadre pour éliminer la tuberculose dans les pays où cette maladie est peu répandue. Actuellement, 33 pays et territoires enregistrent moins de 100 cas de tuberculose pour un million d'habitants.

Le cadre, que l'OMS a présenté de concert avec la European Respiratory Society (ERS), définit une phase initiale de « pré-élimination », consistant à ramener le nombre annuel de nouveaux cas de tuberculose dans ces pays à moins de 10 pour un million d'habitants d'ici 2035. Le but est ensuite l'élimination complète de la tuberculose à l'horizon 2050, soit moins d'un cas par an pour un million d'habitants.

« Alors qu'on peut prévenir et guérir la tuberculose, 155.000 personnes contractent encore la maladie et 10.000 en meurent chaque année dans ces 33 pays. Des millions de personnes sont porteuses du bacille tuberculeux et risquent de tomber malades », souligne l'OMS dans un communiqué de presse.

Le cadre proposé s'appuie sur des méthodes qui font déjà leurs preuves. Il a été élaboré avec des experts des pays à faible charge de morbidité et s'inspire de la nouvelle stratégie mondiale OMS de lutte contre la tuberculose, 2016-2035, approuvée par l'Assemblée mondiale de la Santé en mai 2014.

Au nombre des 33 pays, territoires et zones concernés, il y a 21 pays européens, sept pays des Amériques, trois de la Région OMS de la Méditerranée orientale et deux de la Région OMS du Pacifique occidental. Les 33 pays sont les suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Bahamas, Belgique, Canada, Chypre, Cisjordanie et Bande de Gaza, Costa Rica, Cuba, Danemark, Émirats arabes unis, États-Unis d'Amérique, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Israël, Italie, Jamaïque, Jordanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Puerto Rico, République tchèque, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse.

Selon l'OMS, les pays sont conscients qu'ils doivent ensemble redoubler d'efforts pour éliminer la tuberculose en tant que problème de santé publique et éviter sa recrudescence. La tuberculose ayant reculé dans beaucoup de ces pays, l'attention accordée à ce problème de santé publique s'est relâchée et la capacité à le combattre pourrait s'en trouver diminuée.

« Les pays à faible charge de morbidité ont déjà les moyens de faire énormément baisser le nombre de cas de tuberculose d'ici 2035 », constate le Dr Hiroki Nakatani, Sous-Directeur général de l'OMS. « La couverture sanitaire universelle, grâce à laquelle chacun a accès aux services de santé dont il a besoin sans pour autant s'exposer à des difficultés financières, est la base. Il reste à faire en sorte que les interventions bien pensées visent les gens qui en ont le plus besoin. »

Le nouveau cadre de l'OMS met en avant l'efficacité de huit interventions essentielles : assurer un financement et une tutelle garantissant une planification et des services de grande qualité ; prendre en compte les groupes les plus vulnérables et les plus difficiles à atteindre ; prendre en compte les besoins particuliers des populations migrantes et les problèmes transfrontières ; dépister la tuberculose évolutive et l'infection tuberculeuse latente dans les groupes à haut risque et fournir un traitement adéquat ; juguler les flambées ; optimiser la prévention et la prise en charge de la tuberculose multi-résistante ; assurer une surveillance continue et procéder au suivi et à l'évaluation des programmes ; investir dans la recherche et dans de nouveaux outils ; soutenir la lutte contre la tuberculose à l'échelle mondiale.

Au nombre des groupes les plus vulnérables figurent les personnes démunies ou sans abri, les migrants et les membres de minorités ethniques. En outre, les toxicomanes et les détenus, de même que les personnes immunodéprimées (personnes vivant avec le VIH, souffrant de malnutrition ou de diabète, fumeurs et gros buveurs) risquent bien plus que les autres de contracter la tuberculose. Pour beaucoup de ces groupes vulnérables, l'accès aux services de santé est difficile.

La lutte contre la tuberculose dans le contexte des migrations transfrontalières peut aussi poser de sérieuses difficultés aux dispensateurs de soins de santé. Nombre de personnes sous traitement antituberculeux n'ont parfois pas d'autre choix que de changer de lieu pour travailler, même si elles n'ont pas fini leur traitement. « Les pays à faible charge de morbidité sont idéalement placés pour faire tomber les taux à un niveau encore jamais atteint », ajoute le Dr Mario Raviglione, Directeur du Programme mondial OMS de lutte contre la tuberculose. « Ils peuvent faire figure de précurseurs à l'échelle mondiale. ».

La mondialisation et l'intensification des mouvements de population favorisent la propagation de la tuberculose – maladie infectieuse à transmission aérienne – d'une communauté à une autre et d'un pays à un autre. Pour éliminer la maladie dans les pays à faible charge de morbidité, il faudra considérablement étendre les services de prévention et de prise en charge de la tuberculose dans les pays à forte incidence. Cette interdépendance appelle une action concertée et une proche collaboration entre les pays lourdement et faiblement touchés.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Guinée-Bissau : le PNUD distribue un million de moustiquaires pour lutter contre le paludisme

En savoir plus




Coup de projecteur