La FAO et l'OMS publient une liste des dix principaux parasites d'origine alimentaire

Travail en laboratoire pour identifier un parasite ravageur. Photo: FAO

1 juillet 2014 – Une liste des dix parasites d'origine alimentaire les plus nuisibles à l'échelle mondiale a été publiée mardi par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les parasites affectent la santé de millions de personnes chaque année, infectant les tissus et organes musculaires, causant des maladies comme l'épilepsie, le choc anaphylactique ou la dysenterie amibienne. Certains parasites peuvent vivre des années dans notre corps.

« En dépit des énormes coûts sociaux et des impacts mondiaux, on manque généralement d'informations sur l'origine de ces parasites, la manière dont ils vivent dans l'organisme, et surtout, dont ils nous rendent malades », note la FAO dans un communiqué de presse.

Les dix principaux parasites d'origine alimentaire ayant le plus gros impact à l'échelle mondiale sont les suivants :

Taenia solium: dans la viande de porc

Echinococcus granulosus (ver hydatide): dans les produits frais

Echinococcus multilocularis (type de ténia): dans les produits frais

Toxoplasma gondii (protozoaire): dans la viande des petits ruminants, la viande de porc, de bœuf, de gibier (viande rouge et organes)

Cryptosporidium spp.(protozoaire): dans les produits frais, les jus de fruits, le lait

Entamoeba histolytica (protozoaire): dans les produits frais

Trichinella spiralis (ténia du porc): dans la viande de porc

Opisthorchiidae (famille de vers plats): dans le poisson d'eau douce

Ascaris spp. (petits vers ronds): dans les produits frais

Trypanosoma cruzi (protozoaire): dans les jus de fruits

La liste et le rapport ont été rédigés suite à une requête émise par la Commission du Codex Alimentarius (Codex), organe mondial des normes alimentaires, demandant à la FAO et à l'OMS d'examiner l'état actuel des connaissances sur les parasites présents dans les aliments et leurs impacts sur la santé publique et le commerce.

Le Service de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments de la FAO et l'OMS sont intervenus en organisant conjointement un appel mondial à l'information, auquel ont répondu 22 nations et un organe régional, qui a été suivi d'une évaluation et d'une analyse réalisée par 21 experts sur l'impact des parasites d'origine alimentaire.

A partir de ces travaux, une liste initiale de 93 parasites a été élaborée avant d'être restreinte aux 24 parasites les plus nuisibles, sur la base des critères suivants: 1) nombre de maladies mondiales, 2) répartition mondiale, 3) morbidité aiguë, 4) morbidité chronique, et 5) impact économique.

Le Comité du Codex sur l'hygiène alimentaire est désormais en train d'élaborer de nouvelles directives pour lutter contre ces parasites. La FAO et l'OMS soutiennent ce processus en dispensant des conseils scientifiques et techniques. Le but est d'élaborer de nouvelles normes pour le commerce alimentaire mondial permettant d'aider les pays à contrôler la présence de ces parasites dans la chaîne alimentaire.

« Naturellement, il s'agit d'une perspective mondiale plus générale et la liste ne reflète pas nécessairement les classements des parasites au niveau national où chaque pays peut disposer d'informations plus précises », a déclaré Renata Clarke, responsable de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments à la FAO.

« Cependant, au vu des problèmes qu'ils causent, ces parasites ne reçoivent pas l'attention qu'ils méritent. Nous espérons que la publication de cette liste permettra de sensibiliser davantage les responsables politiques, les médias et le grand public sur cet important problème de santé publique », a-t-elle ajouté.

Le rapport FAO/OMS énumère un certain nombre de moyens de réduire le risque d'infections dues aux parasites. Il conseille aux agriculteurs d'utiliser des engrais organiques et de contrôler attentivement leur compostage sans contamination fécale. La qualité de l'eau doit également être surveillée de près. Le rapport recommande en outre aux consommateurs de bien cuire toutes les viandes et de n'utiliser que de l'eau propre pour laver et préparer les légumes.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FAO propose des moyens pour accroître la productivité des forêts

En savoir plus






Coup de projecteur