Iraq : plus de 1500 civils tués en juin, le chiffre mensuel le plus élevé depuis 2007, selon l'ONU

Des civils déplacés dans le gouvernorat de Duhok, en Iraq. Photo: HCR/S. Baldwin

1 juillet 2014 – Au moins 1.531 civils ont été tués en juin en Iraq, soit le plus grand nombre de civils tués en un seul mois depuis 2007, selon des chiffres publiés mardi par l'équipe des droits de l'homme de la Mission des Nations Unies en Iraq (MANUI).

A ce chiffre, il faut ajouter, pour le mois de juin, 886 membres des forces de sécurité iraquiennes tués et 1.763 civils blessés. Ces chiffres n'incluent pas la province d'Anbar, où 244 civils auraient été tués, selon des chiffres officiels, et 588 civils blessés.

La publication de ces chiffres reflète la recrudescence des violences en Iraq avec l'offensive lancée début juin par les djihadistes de l'Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL), qui contrôlent désormais une partie du pays.

« Le nombre impressionnant de victimes civiles en un mois illustre l'urgence qu'il y a à garantir la protection des civils. Alors qu'une grande partie du pays reste sous le contrôle de l'EIIL et des groupes armés, il est impératif que les dirigeants nationaux travaillent ensemble pour déjouer les tentatives de détruire le tissu social de la société iraquienne », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général en Iraq, Nikolay Mladenov.

Une porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a également condamné « dans les termes les plus forts cette recrudescence de la violence et des tueries ».

« Le droit international exige que les parties au conflit prennent toutes les mesures possibles pour veiller à ce que les civils soient protégés contre la violence. Cependant, nous recevons constamment des informations faisant état de civils visés, enlevés, harcelés et tués par les forces de l'EIIL, et de bombardements aveugles contre des zones civiles », a dit cette porte-parole, Ravina Shamdasani, lors d'une conférence de presse à Genève.

« Nous avons également reçu des informations selon lesquelles les forces de l'EIIL ont fait du porte à porte à Mossoul pour essayer de recruter de force des jeunes hommes pour lutter contre les forces de sécurité iraquiennes. Nous exhortons toutes les parties au conflit à respecter le droit international des droits de l'homme et le droit international humanitaire et appelons les autorités iraquiennes à faire en sorte que les responsables de ces violations rendent des comptes », a-t-elle ajouté.

La Directrice exécutive d’ONU-Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, s’est dit pour sa part « choquée par les attaques délibérées visant des femmes et des filles en Iraq et par les informations faisant état d’enlèvements, de viols, et de mariages forcés par des militants de l’Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL) et par d’autres groupes armés. »

Mme Mlambo-Ngucka s’est dit particulièrement préoccupée par les récentes informations selon lesquelles quatre femmes se sont suicidées après avoir été violées ou mariées de force à des militants de l’EIIL et par les informations selon lesquelles des hommes se sont suicidés après avoir été forcés de regarder leurs femmes et leurs filles se faire violer.

« L’ONU-Femmes condamne fermement la violence sexuelle et celle basée sur le genre et appelle toutes les parties à réagir face à de telles informations et à protéger les droits des femmes et des filles iraquiennes », a dit Mme Mlambo-Ngucka.

S’agissant de la situation politique en Iraq, M. Mladenov a regretté que le Conseil des représentants d’Iraq nouvellement élu n’ait pas été en mesure d’arriver à un accord sur la nomination mardi d’un Président de cet organe législatif.

Il a appelé tous les dirigeants politiques iraquiens à mettre de côté leurs différences et à élire un Président du Conseil lors de la prochaine session qui doit avoir lieu la semaine prochaine. Cette élection permettrait au Parlement d’élire un nouveau Président, d’avancer dans le processus de formation du gouvernement et de tenter de répondre aux préoccupations légitimes des diverses communautés.

M. Mladenov a une nouvelle fois prévenu que tout retard ou échec à respecter l’échéance fixée par la Constitution iraquienne nuirait à l’intégrité du pays.

Par ailleurs, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exprimé mardi sa profonde reconnaissance au gouvernement d'Arabie saoudite pour sa généreuse contribution de 500 millions de dollars à l'assistance humanitaire des Nations Unies destinée à la population en Iraq.

« Le Secrétaire général reconnaît le leadership et l'initiative du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, Son Altesse le Roi Abdullah Bin Abdul Aziz », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général se félicite de ce financement qui arrive au bon moment, ce qui permettra à l'Organisation des Nations Unies et à ses partenaires de soutenir les millions d'hommes, de femmes et d'enfants iraquiens dont la vie a été déchirée par le conflit », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iraq : l'ONU préoccupée par l'aggravation de la crise

En savoir plus






Coup de projecteur