République dominicaine : il faut naturaliser ceux qui n’ont pas été enregistrés à la naissance - experts

Une manifestation en décembre 2013 à Santo Domingo, la capitale de la République dominicaine, pour réclamer une solution à la question des apatrides. Photo HCR/J. Tanner

20 juin 2014 – Un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations Unies a appelé vendredi le gouvernement de la République dominicaine à adopter les mesures légales nécessaires pour assurer la naturalisation de ceux qui sont nés dans le pays, mais qui n'ont pas été enregistrés à leur naissance.

Le Groupe de travail d'experts sur les personnes d'ascendance africaine a salué l'adoption d'un système spécial pour la naturalisation de personnes nées en République dominicaine mais pas correctement enregistrées dans le registre des naturalisations du pays.

« C'est un pas en avant important pour rétablir la situation injuste où des milliers de personnes d'ascendance haïtienne ont été rendus apatrides par une décision de la Cour suprême le 23 septembre 2013 », a expliqué la Présidente du Groupe de travail, Mireille Fanon Mendes-France, dans un communiqué de presse.

« Il est très important de rendre la nationalité à ceux qui sont nés en République dominicaine mais qui n'ont pas été enregistrés à la naissance, ce qui est le cas pour une grande majorité. Il faut assurer un processus transparent et efficace pour assurer que la nationalité soit rendue à ces personnes au plus vite », a-t-elle ajouté.

Le rétablissement de l'accès à la citoyenneté est la façon la plus efficace de lutter contre la discrimination visant les personnes d'origine haïtienne, y compris celles qui sont nées en République dominicaine.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le HCDH appelle la République dominicaine à ne pas priver de leur nationalité les citoyens d'origine haïtienne

Coup de projecteur