Valerie Amos appelle à financer les opérations humanitaires à travers le monde

La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valerie Amos. Photo ONU

16 juin 2014 – La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a rappelé lundi que la communauté humanitaire était confrontée à de nombreuses crises à travers le monde et qu'elle avait besoin du soutien des bailleurs de fonds pour financer ses opérations.

« Cette année, nous avons demandé un chiffre record de 16,9 milliards de dollars, le montant le plus élevé réclamé pour une seule année. Au jour d'aujourd'hui, nous avons reçu 30% de ces fonds, soit 5,2 milliards de dollars. Nous devons encore trouvé 11,7 milliards de dollars », a dit Mme Amos lors d'une conférence de presse à Genève.

Mme Amos a cité les multiples crises actuelles à travers le monde, notamment l'Iraq où un grand nombre de gens déplacés au cours des derniers jours et l'aggravation de la situation en Ukraine.

« La crise en Syrie continue de dominer nos efforts avec 9,3 millions de personnes dans le besoin et 2,8 millions de personnes ayant trouvé refuge dans les pays voisins », a-t-elle ajouté, précisant que 241.000 personnes se trouvaient dans des zones assiégées en Syrie où pratiquement aucune aide ne peut entrer et où les gens ont très peu de possibilités de sortir.

Mme Amos a également cité la crise en République centrafricaine, où plus de la moitié de la population a besoin d'une aide d'urgence, et celle au Soudan du Sud, où 1,5 million de personnes ont été déplacées par la violence au cours des six derniers mois.

« Nous sommes également confrontés à des difficultés dans des pays comme le Yémen, où près de 15 millions de personnes ont besoin d'aide ; en Somalie où un million de personnes restent déplacées et dans un état d'extrême vulnérabilité ; au Soudan, où les agences de l'ONU et les ONG ciblent 5 millions de personnes alors que les besoins augmentent, notamment au Darfour, et dans les Etats du Kordofan-Sud et du Nil Bleu », a-t-elle ajouté.

Selon Mme Amos, les organisations humanitaires vont continuer à accroître leurs efforts, même si leurs capacités atteignent leurs limites. « Nous avons besoin que le soutien de la communauté internationale se poursuive, nous n'avons pas seulement besoin de financement, mais aussi d'accès si nous voulons faire notre travail efficacement », a-t-elle dit.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Valerie Amos appelle à soutenir davantage le Tchad qui accueille des milliers de Centrafricains

En savoir plus





Coup de projecteur