L’Iraq confrontée à sa plus grave crise depuis des années, selon l’envoyé de l’ONU

Des civils déplacés par les combats à Mossoul en Iraq arrivent à Erbil. Photo: HCR/Inge Colijn

12 juin 2014 – Alors qu'une partie de l'Iraq est sous le contrôle d'un groupe rebelle islamiste, l'Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL), le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, Nikolay Mladenov, a fait le point mercredi sur les derniers développements lors de consultations par vidéoconférence avec les membres du Conseil de sécurité.

M. Mladenov a également rencontré mercredi à Bagdad le Président du Conseil iraquien des représentants, Osama Nujeifi. Lors de cette rencontre, M. Mladenov « a exprimé sa préoccupation concernant la situation, soulignant que la violence actuelle dans certaines régions de l'Iraq était la plus grave menace à sa sécurité depuis des années », a dit le porte-parole adjoint du Secrétaire général, Farhan Haq, lors d'un point de presse à New York.

Le Représentant spécial « a réitéré le soutien de l'ONU au gouvernement iraquien dans ses efforts pour combattre les organisations terroristes », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont vivement condamné mercredi les récents développements en Iraq, où l'EIIL s'est emparé de plusieurs villes, dont Mossoul, entraînant la fuite de dizaines de milliers de civils.

Les agences des Nations Unies ont appelé jeudi à protéger les civils et ont réclamé un soutien supplémentaire pour faire face à cette crise humanitaire.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a indiqué que près de la moitié des quelque 500.000 personnes qui auraient fui les violences depuis le 5 juin sont des enfants. L'agence onusienne et ses partenaires ont pour priorité de livrer de l'aide d'urgence, dont des vaccins pour éviter la propagation de maladies telles que la polio et la rougeole.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a dit pour sa part que dans certaines zones il n'y avait plus de nourriture disponible et que la distribution de l'eau et de l'électricité n'étaient plus assurées. L'agence fournit une assistance alimentaire à environ 42.000 personnes déplacées. Elle prévoit de transporter de l'aide par voie aérienne.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a renforcé ses activités pour accueillir des familles déplacées. Un camp de déplacés dans le gouvernorat de Dohuk est prévu. Environ 1.000 tentes ont été livrées et l'UNICEF coordonne avec ses partenaires la fourniture d'eau et de sanitaires pour le camp.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU condamne l'escalade de la violence en Iraq où plusieurs villes sont tombées aux mains d'insurgés

En savoir plus





Coup de projecteur