Iraq : l'ONU très préoccupée par la situation à Mossoul tombée aux mains d'insurgés

A Mossoul, en Iraq, des déplacés fuient la violence à pied. Photo OIM/MANUA

10 juin 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit mardi gravement préoccupé par la sérieuse détérioration de la situation sécuritaire à Mossoul, en Iraq, où des milliers de civils ont été déplacés par les récentes violences.

Selon la presse, Mossoul, la deuxième plus grande ville d'Iraq, est tombée mardi aux mains des insurgés, dans une offensive d'une envergure sans précédent menée par la rébellion. Le groupe djihadiste de l'Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL) est derrière cette attaque.

M. Ban « condamne fermement les attentats terroristes dans les provinces d'Anbar, de Bagdad, de Diyala, de Ninive, et de Salah al-Din qui ont tué et blessé des dizaines de civils au cours des derniers jours. Le Secrétaire général présente ses profondes condoléances aux familles des victimes et au gouvernement de l'Iraq », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général exhorte tous les dirigeants politiques à afficher l'unité nationale contre les menaces qui pèsent sur l'Iraq, et qui ne peuvent être traitées que sur la base de la Constitution et dans le cadre du processus politique démocratique. Il encourage le gouvernement iraquien et le gouvernement régional kurde à coopérer pour rétablir la sécurité dans la province de Ninive et fournir une aide humanitaire d'urgence. La Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) est prête à soutenir ces efforts », a-t-il ajouté.

« Le Secrétaire général demeure profondément préoccupé par la situation à Anbar. Il se félicite de la convocation d'une conférence d'Anbar pour la réconciliation et encourage fortement tous les chefs tribaux, politiques et religieux au niveau local à y participer de manière constructive afin de mettre un terme aux combats », a encore dit le porte-parole.

Le Secrétaire général a également rappelé que tous les États membres des Nations Unies ont l'obligation de mettre en œuvre et de faire respecter les sanctions financières ciblées, l'embargo sur les armes et l'interdiction de voyager imposés à l'État islamique en Iraq et au Levant (EIIL).


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iraq : le Conseil de sécurité réaffirme son soutien aux forces politiques pour assurer la stabilité

En savoir plus





Coup de projecteur