Navi Pillay appelle à protéger l'intégrité de son agence des contraintes politiques et financières

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay. Photo: ONU/Jean-Marc Ferré

10 juin 2014 – Alors qu'elle s'apprête à quitter son poste de Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme après l'avoir occupé pendant six ans, Navi Pillay a appelé mardi les Etats membres du Conseil des droits de l'homme à protéger son agence des contraintes politiques et financières.

« La stature de mon bureau faisant autorité sur les droits humains est due à son intégrité et à son insistance à être libre de toute influence politique. Nous devons les protéger des contraintes financières et de politiques », a dit Mme Pillay dans un discours à l'ouverture de la 26ème session du Conseil des droits de l'homme à Genève dans lequel elle a fait le point sur la situation des droits de l'homme à travers le monde.

Elle a rappelé aux Etats membres du Conseil que le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) était de leur côté et non pas en travers de leur chemin. « C'est un ami qui n'a pas peur de dire la vérité. Ce bureau ne cherche pas seulement à aider les États à identifier les lacunes dans la protection des droits de l'homme. Il aide également les États à les combler, et à mener des politiques qui favorisent l'égalité, la dignité, le développement et la résolution des conflits », a-t-elle dit.

« Aujourd'hui, ce travail est largement reconnu comme valide. Je suis convaincue que le Haut-Commissariat sera en mesure de continuer dans l'esprit caractéristique d'indépendance, d'impartialité et de non-sélectivité qui marque tous les niveaux de son travail », a-t-elle ajouté.

Elle a noté que les recherches et l'analyse très prudentes qui sont faites par son bureau et les appels à des enquêtes sur les allégations de mauvais traitements, sont souvent accueillis par des manœuvres dilatoires ou bien rejetés. Et pourtant, selon elle, « une défense des droits de l'homme efficace doit nécessairement ouvrir la boîte de Pandore des abus cachés. Cela permet de laisser entrer de la lumière et de l'air, de sorte que le travail puisse commencer pour assurer une meilleure gouvernance et une plus grande justice. »

« J'exhorte le Conseil à continuer de maintenir l'universalité, l'indivisibilité et l'interdépendance de tous les droits humains, y compris le droit au développement », a-t-elle ajouté.

Vendredi, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a informé l'Assemblée générale des Nations Unies de son intention de nommer le Prince Zeid Ra'ad Zeid Al-Hussein de Jordanie comme nouveau Haut-Commissaire aux droits de l'homme, en remplacement de Mme Pillay. Le Prince Zeid Ra'ad Zeid Al-Hussein est actuellement le Représentant permanent de la Jordanie auprès des Nations Unies.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un prince jordanien nommé Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

En savoir plus





Coup de projecteur