Somalie : le représentant de l'ONU préoccupé par des combats dans la région du Bas-Chébéli

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, Nicholas Kay. Photo ONU/David Mutua

9 juin 2014 – Le Représentant spécial du Secrétaire général en Somalie, Nicholas Kay, a exprimé lundi sa préoccupation face aux combats entre des milices associées à des clans dans la région du Bas-Chébéli qui ont fait plusieurs victimes.

« J'appelle à la fin immédiate des hostilités. Toutes les parties prenantes doivent s'abstenir d'actions violentes, oeuvrer à désamorcer les tensions et à résoudre les différends par un dialogue pacifique et l'esprit de compromis », a indiqué M. Kay dans un communiqué de presse.

« Je salue les efforts du Premier ministre, Abdiweli Sheikh Ahmed, pour désamorcer les tensions et rétablir la stabilité. J'appelle les parties prenantes à respecter l'appel du Premier ministre pour la fin immédiate des hostilités et à travailler avec la délégation ministérielle qui a été envoyée dans la zone », a-t-il ajouté.

Le Représentant spécial a souligné que le peuple somalien a déjà trop souffert et que rien ne peut être gagné par la violence et l'instabilité. Il a également affirmé que l'ONU est prête à offrir un soutien de médiation.

Par ailleurs, M. Kay s'est félicité de la libération de 11 membres de l'équipage du navire MV Albedo, qui étaient retenus en otage depuis novembre 2010, et il a appelé à la libération immédiate de l'ensemble des personnes qui sont toujours détenues par des pirates somaliens.

Les 11 membres d'équipage du MV Albedo ont été remis à des représentants de l'Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Les anciens otages sont des ressortissants d'Inde, d'Iran, du Bangladesh et de Sri Lanka et ils seront rapatriés dans les prochains jours.

Le navire avait été capturé par des pirates le 12 novembre 2010, et il a coulé en juillet 2013 à cause d'une panne mécanique lors d'une tempête. Les membres de l'équipage qui ont survécu étaient depuis été détenus sur la terre ferme.

« Pendant plus de trois ans, les membres de l'équipage et leurs familles ont beaucoup souffert. Les membres de l'équipage ont été soumis au traumatisme de la piraterie, du naufrage de leur navire et de la détention sur terre dans des conditions très difficiles », a rappelé M. Kay.

« Même si nous avons vu une baisse considérable de la piraterie au large de la Somalie au cours des dernières années, je demeure très inquiet pour les 38 marins qui sont toujours retenus en otage par des pirates somaliens, et j'appelle ceux qui continuent de détenir des marins de les libérer immédiatement afin qu'ils puissent rentrer chez leurs familles », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Somalie : l'ONU met en garde contre une nouvelle crise humanitaire majeure

En savoir plus





Coup de projecteur