Colombie : la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires appelle à plus de soutien international

Des enfants déplacés victimes du conflit en Colombie. Photo ONU/Mark Garten

5 juin 2014 – À l'issue d'une mission de quatre jours en Colombie cette semaine, la Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, Kyung-wha Kang, a appelé la communauté internationale et les autorités colombiennes à soutenir davantage les personnes affectées par les conflits armés et les catastrophes naturelles dans ce pays.

« La guerre rend les gens vulnérables et est une cause majeure de la pauvreté. Ce conflit armé qui dure depuis plus de 50 ans continue d'affecter plus de gens tous les jours. Il est important que toutes les opportunités soient saisies pour aider ces gens et pour promouvoir la paix », a déclaré Mme Kang dans un communiqué de presse.

La Colombie est également vulnérable aux catastrophes naturelles, et des évènements tels que les inondations et les catastrophes dues à la dégradation de l'environnement affectent les communautés qui sont déjà durement touchées par les conséquences de la violence, qui vivent dans la pauvreté et qui ont un accès limité aux services de base.

Dans la ville de Toribio, dans la région de Cauca au nord-est du pays, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires a rencontré des représentants des communautés autochtones et des autorités locales qui ont exprimé leur désir de vivre en paix et dans la sécurité.

« Il y a des besoins considérables en matière d'aide humanitaire, particulièrement dans les régions qui sont difficiles d'accès et où les autorités locales ont des capacités limitées. La communauté humanitaire internationale doit répondre à ces besoins », a souligné Mme Kang.

Si les négociations de paix sont une étape essentielle pour la réconciliation, la situation continue d'être difficile. Depuis le début des pourparlers de paix en novembre 2012, près de 14.000 personnes ont été déplacées selon les estimations, et des centaines ont été tuées ou blessées par des mines et d'autres engins explosifs.

« J'espère que les efforts de paix du peuple colombien et de ses dirigeants pourront mettre fin au conflit et ouvrir la voie à une paix durable et à la réconciliation avec la participation de l'ensemble des secteurs de la société », a indiqué Mme Kang. « Il est également important de reconnaître que la signature d'un accord de paix ne signifiera pas la fin de la violence pour tous les Colombiens. Le soutien humanitaire national et international reste une priorité ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

HCR : hausse spectaculaire du nombre de déplacés par les conflits dans le monde en 2013

En savoir plus


Coup de projecteur