FAO : l’amélioration des perspectives pour la plupart des denrées alimentaires se répercute sur les prix

Un agriculteur en Afrique. Photo FAO/FIDA/PAM/Petterik Wiggers

5 juin 2014 – Après une période de hausse de 10 mois, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a annoncé jeudi que son indice des prix alimentaires de mai était en recul pour le deuxième mois consécutif. Les prix ont chuté face aux disponibilités généralement abondantes qui ont influé sur les cours internationaux de la plupart des denrées de l'indice.

Parallèlement, le bulletin mensuel de la FAO sur l'offre et la demande de céréales, présente la forte amélioration des perspectives de l'offre mondiale de céréales durant la campagne de commercialisation 2014/15 depuis le précédent rapport publié en mai.

En mars, l'indice avait atteint son point culminant en dix mois. Il a néanmoins fléchi en avril et en mai face à la baisse des prix des produits laitiers, des céréales et des huiles végétales. Les prix du sucre sont allés à contre-courant, affichant une forte progression en mai, tandis que les prix de la viande sont restés fermes.

L'indice FAO des prix des céréales a reculé de 1,2% en mai par rapport à avril et de 13% par rapport à l'an dernier. Le déclin de mai a été déclenché par la baisse des prix du maïs due aux conditions de croissance favorables et aux bonnes perspectives de l'offre en 2014/15. Les cours du blé, qui avaient contribué aux hausses de prix de ces derniers mois face aux craintes d'interruption des flux commerciaux de l'Ukraine, ont également reculé, tandis que ceux du riz sont restés relativement stables.

« Il régnait, début mai, un climat d'inquiétude lié aux conditions météorologiques défavorables, en particulier aux Etats-Unis, et aux tensions géopolitiques dans la région de la mer Noire, mais vers la deuxième moitié du mois, nous avons commencé à noter une baisse des prix du blé suite à l'amélioration des conditions météo et à la poursuite régulière des expéditions depuis l'Ukraine », a expliqué l'économiste en chef à la FAO, Abdolreza Abbassian, dans un communiqué de presse.

Après une période de disponibilités limitées à l'exportation et de prix exceptionnellement élevés en 2013 et début 2014, le marché des produits laitiers a subi un réajustement à mesure que les perspectives de la production s'améliorent. L'indice des prix des produits laitiers a reculé pour le deuxième mois consécutif. Les prix de la viande sont restés quasiment inchangés par rapport à avril.

Les prix du sucre ont augmenté de 3,7% en mai par rapport à avril, dans un contexte de perspectives initiales d'un déficit possible de production pour la campagne 2014/15 face aux préoccupations liées au phénomène El Niño. Le prix des huiles végétales a baissé de 1,8% par rapport à avril, traduisant la baisse des cours des huiles de palme, de soja et de colza.


News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO : conditions météo et tensions politiques se répercutent sur les marchés alimentaires

En savoir plus





Coup de projecteur