Soudan du Sud : l'ONU parachute des semences à des communautés isolées

Avec l’aide logistique du PAM, la FAO parachute des semences au Soudan du Sud. Photo PAM/George Fominyen

5 juin 2014 – L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a annoncé jeudi qu'elle était en train d'intensifier ses opérations au Soudan du Sud malgré les problèmes d'accès et d'insécurité dans certaines zones du pays.

La FAO a prolongé de trois mois son intervention d'urgence pour faire parvenir des kits de survie aux agriculteurs, pêcheurs et éleveurs touchés par les conflits. Depuis le début de la crise, plus de 110.000 kits de survie ont été distribués, comprenant des intrants essentiels pour l'agriculture, la pêche et la santé animale.

Avec 42 millions de dollars de financements reçus à ce jour, la FAO vient en aide à 1,3 million de personnes. Toutefois, d'autres fonds sont nécessaires pour atteindre les communautés rurales vulnérables vivant dans les zones les plus durement touchées, ainsi que pour renforcer la résilience dans tout le pays et conjurer une aggravation de l'insécurité alimentaire.

Outre les distributions à grande échelle effectuées par camion en faveur des communautés victimes des conflits, la FAO a expédié par voie aérienne 21 tonnes de semences de cultures vivrières à Pibor, dans l'Etat de Jonglei, en collaboration avec les Missions des Nations Unies au Soudan (UNMISS).

La FAO a ensuite organisé un pont aérien avec le concours des moyens logistiques du Programme alimentaire mondial (PAM) pour distribuer des semences aux agriculteurs. « Le parachutage, qui n'est utilisé qu'en dernier ressort à cause de son coût élevé, garantit un soutien aux agriculteurs des zones les plus inaccessibles. Cela leur permet de cultiver leur propre nourriture, ce qui rend l'opération rentable à long terme », souligne l'Organisation.

Trois tonnes de semences vivrières ont été parachutées avec succès dans le comté de Mayendit (Etat d'Unité); elles permettront à 250 familles de produire plus de 200 tonnes de nourriture, notamment de maïs, de sorgho, de niébé et de sésame.

« La FAO fait tout ce qui est en son pouvoir pour venir en aide aux populations extrêmement vulnérables du Sud-Soudan, y compris en recourant aux largages aériens », a déclaré Sue Lautze, Chef du Bureau FAO au Soudan du Sud et vice-coordonnatrice humanitaire des Nations Unies sur place.

Compte tenu des impacts du conflit et des déplacements, plus de 3,5 millions de personnes sont actuellement victimes d'insécurité alimentaire à un niveau de crise ou d'urgence, ce qui signifie qu'elles ne sont pas en mesure de subvenir à leurs besoins vitaux, même en recourant à des mécanismes d'adaptation extrêmes, tels que la vente de leur bétail et d'autres actifs de production. Faute d'une aide humanitaire, la sécurité alimentaire de ces populations ira en s'aggravant.

« Le travail de la FAO ne se limite pas à des opérations humanitaires; notre approche sur deux fronts nous permet de poursuivre nos projets de développement tout en répondant aux besoins humanitaires les plus pressants », a expliqué Mme Lautze. « Ceci dit, au cours des prochains mois, nous ciblerons les comtés les plus exposés à l'insécurité alimentaire dans les Etats de Jonglei, Unité et Nil Supérieur, où plane un risque réel et imminent de famine dans des zones localisées si nous ne parvenons pas à aider les agriculteurs à semer maintenant. Cette détérioration coïncide avec la période de soudure, lorsque l'insécurité alimentaire est à son paroxysme. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud : Ban dit son inquiétude aux deux rivaux sur la poursuite des violences

En savoir plus





Coup de projecteur