Pakistan : Pillay appelle le gouvernement à agir après un 'crime d'honneur'

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay. Photo: ONU

28 mai 2014 – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a fermement condamné mercredi le meurtre d'une femme enceinte de 25 ans, qui a été lapidée à mort par sa famille alors qu'elle se rendait au tribunal mardi, et a exhorté le gouvernement du Pakistan à faire davantage pour empêcher de tels crimes.

« Je suis profondément choquée par la mort de Farzana Parveen, qui, comme tant d'autres femmes au Pakistan, a été sauvagement assassinée par des membres de sa propre famille, simplement parce qu'elle a épousé un homme de son choix », a déclaré Mme Pillay. « Je ne veux même pas utiliser l'expression 'crime d'honneur' : il n'y a pas la moindre trace d'honneur dans le meurtre d'une femme de cette façon. »

Selon les informations recueillies dans la presse, quelque 20 membres de la famille de Mme Parveen, dont son père et deux de ses frères, l'ont attaqué, elle et son mari, alors qu'ils se rendaient à la Haute Cour de Lahore, où ils devaient contester les allégations de son père selon lesquelles elle avait été enlevée par son mari et que leur mariage n'était pas valide.

« Chaque année, des centaines de femmes sont tuées au Pakistan pour les punir d'avoir épousé un homme que leurs familles n'ont pas choisi ou pour avoir refusé un mariage arrangé, » a déclaré Mme Pillay. Selon la Commission pakistanaise des droits de l'homme, 869 femmes ont été assassinées dans des crimes dits 'd'honneur' dans le pays l'année dernière, mais le chiffre réel pourrait être beaucoup plus élevé car on estime que beaucoup de ces meurtres sont déguisés en accident ou même pas signalés.

« Le gouvernement pakistanais doit prendre des mesures urgentes et énergiques pour mettre un terme à la vague de soi-disant 'crimes d'honneur' et aux autres formes de violence contre les femmes », a déclaré le Haut-Commissaire. « Il doit aussi faire un effort beaucoup plus important pour protéger les femmes comme Farzana Parveen. Le fait qu'elle ait été tuée sur le chemin du tribunal montre un manquement grave de l'État à assurer la sécurité de quelqu'un qui, étant donné que ces meurtres sont communs au Pakistan, était évidemment en danger ».

« Les gens qui commettent des 'crimes d'honneur' sont rarement poursuivis, et même quand ils le sont, ils reçoivent souvent des peines vraiment légères, si l'on considère qu'ils ont commis un assassinat prémédité », a déclaré Mme Pillay. « C'est inacceptable, et il est clairement de la responsabilité de l'État et de la justice de travailler sérieusement à prévenir de tels crimes, et à veiller à ce que les personnes qui les commettent soient traduites en justice. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Pakistan : l'ONU condamne le meurtre d'un avocat défenseur des droits de l'homme

En savoir plus






Coup de projecteur