Le processus de paix israélo-palestinien reste dans l'impasse, selon l'ONU

Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques des Nations Unies Oscar Fernandez-Taranco. Photo ONU

20 mai 2014 – Les efforts politiques déployés au cours du mois écoulé pour parvenir à une solution négociée entre Israéliens et Palestiniens sont restés dans l'impasse, a déclaré mardi le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco, devant le Conseil de sécurité.

« Nous ne pouvons pourtant pas pousser les deux parties à retourner à la table des négociations sans les paramètres nécessaires en place. La pause actuelle dans les pourparlers est l'occasion pour elles de réfléchir aux prochaines étapes », a dit M. Fernandez-Taranco devant les membres du Conseil. « Il incombe aux deux parties de s'abstenir de mesures unilatérales qui risquent de compliquer les efforts entrepris pour reprendre les négociations ».

Le Sous-Secrétaire général a expliqué que les discussions en vue de parvenir à un accord sur la mise en œuvre de l'unité interpalestinienne s'étaient poursuivies entre l'Organisation de libération de la Palestine et le Hamas.

Tout en continuant d'appuyer cette réconciliation, les Nations Unies notent qu'il est important pour toutes les factions de reconnaître Israël et la non-violence et d'adhérer aux accords précédents. « Si ces conditions sont remplies, nous espérons que la communauté internationale assistera ce gouvernement dans l'élaboration d'un ordre du jour positif pour relever les défis politiques, sécuritaires, économiques et humanitaires, qui se posent, en particulier à Gaza », a ajouté le Sous-Secrétaire général.

En avril dernier, la Palestine est devenue partie à plusieurs traités internationaux, dont 5 des 9 principaux traités des droits de l'homme, et à un des protocoles substantiels. Elle deviendra partie aux Pactes internationaux relatifs respectivement aux droits économiques, sociaux et culturels et aux droits civils et politiques en juillet prochain.

Sur le plan sécuritaire, Israéliens et Palestiniens se sont abstenus de tout acte provoquant une escalade des violences au cours de cette période « délicate », « en dépit d'une rhétorique inutile de part et d'autre », selon M. Fernandez-Taranco.

À Gaza, la situation est restée relativement calme, en dépit de trois tirs de roquettes palestiniens en direction d'Israël, « qui n'ont fait ni blessés, ni dégâts », a-t-il dit. Lors d'incidents séparés, les forces israéliennes auraient blessé six Palestiniens le long de la frontière.

La situation économique et humanitaire dans la bande de Gaza demeure très préoccupante, avec un taux de chômage de 41% au cours du premier trimestre 2014, soit 10% de plus que l'année précédente à la même époque. « Nous réitérons notre appel pour que des mesures soient prises pour rouvrir complètement les points de passage vers Gaza, notamment à Rafah, et faciliter le commerce légal et les mouvements de personnes », a déclaré M. Fernandez-Taranco.

S'agissant de la situation au Liban, il a réitéré l'appel du Coordonnateur spécial de l'ONU dans ce pays à ce que les parlementaires s'engagent, dans les prochains jours, à désigner un successeur au Président Michel Sleiman, dont le mandat expire le 25 mai prochain.

Sur le plan sécuritaire, des incidents violents ont éclaté dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban. Des violences liées au conflit en Syrie voisine ont été signalées le long de la frontière, en particulier dans le secteur d'Arsal.

Au Golan syrien, des affrontements continus se produisent dans la zone de séparation, soulignant une situation sécuritaire déjà précaire. Le 8 mai dernier, des affrontements entre les forces armées syriennes et les groupes armés de l'opposition ont éclaté près de points de passage, « menaçant le cessez-le-feu entre Israël et la Syrie », a prévenu M. Fernandez-Taranco.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Palestine : le nouveau chef de l'UNRWA appelle Israël à lever le blocus illégal de Gaza

En savoir plus






Coup de projecteur