Guinée-Bissau : l'ONU salue la bonne tenue des élections législatives et présidentielles

José Ramos-Horta, Représentant spécial du Secrétaire général en Guinée-Bissau. Photo ONU/Eskinder Debebe

19 mai 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont salué lundi la tenue globalement pacifique du second tour de l'élection présidentielle en Guinée-Bissau qui s’est déroulé la veille.

« Les Bissau-guinéens ont de nouveau démontré leur engagement en faveur de la paix et de la démocratie en votant en grand nombre », a déclaré le porte-parole de M. Ban dans un communiqué de presse.

Le Secrétaire général a appelé de nouveau les candidats à respecter les résultats officiels une fois qu'ils seront annoncés par la Cour suprême et à suivre les procédures légales en vigueur pour résoudre tout contentieux électoral qui pourrait survenir.

Dans une déclaration à la presse, le Conseil de sécurité a déclaré pour sa part attendre avec impatience l’annonce par la Commission électorale nationale des résultats définitifs certifiés de cette élection.

Les membres du Conseil ont appelé toutes les parties à respecter les résultats de l’élection et ont exhorté les services de sécurité à respecter l’ordre constitutionnel.

Plus tôt dans la journée, le Représentant spécial du Secrétaire général en Guinée-Bissau, José Ramos-Horta, avait salué devant le Conseil de sécurité, la bonne tenue du processus électoral dans un pays où l'ordre constitutionnel a été récemment restauré, tout en posant les conditions nécessaires au démarrage de la nouvelle phase de reconstruction de l'État et au redressement de l'économie.

« Sans un soutien immédiat au nouveau gouvernement, l'ordre constitutionnel récemment restauré risque de s'écrouler très vite », a prévenu, par vidéoconférence de Bissau, le Représentant spécial, qui est aussi le chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS).

Le Représentant spécial a assuré que l'environnement politique et sécuritaire était resté calme dans ce pays depuis novembre 2013, saluant la détermination des deux candidats à la présidentielle à mener une campagne électorale pacifique et à accepter les résultats du scrutin. Il a expliqué que la police nationale et l'armée avaient joué leurs rôles respectifs de leader et de force de réserve dans la coordination de la sécurité pour le processus électoral.

« Hier, le 18 mai, les Bissau-guinéens se sont rendus aux urnes en grand nombre », a indiqué M. Ramos-Horta en saluant la conduite pacifique de ces élections. Il a félicité les autorités de transition, les partis politiques, les candidats, la police, les organisations de la société civile et le peuple de la Guinée-Bissau pour cette réalisation remarquable, ainsi que les partenaires bilatéraux et multilatéraux qui ont contribué à la bonne tenue des élections en apportant un soutien politique, financier et technique.

Selon le Représentant spécial, les élections législatives et présidentielles constituent l'étape la plus critique de la restauration de l'ordre constitutionnel. Une nouvelle Assemblée nationale devrait être investie dans quelques jours, avant la constitution du nouveau gouvernement.

« Si l'on veut garantir une stabilité durable pour le pays, il faut aussi s'attaquer au manque de confiance et de dialogue », a expliqué M. Ramos-Horta en soulignant l'urgence de régler les problèmes socio-économiques comme la déforestation et l'appauvrissement des ressources de pêche.

Le Représentant spécial a souligné que la fin de la période de transition marque le début d'une nouvelle phase qui exige l'engagement constant et entier de la communauté internationale. Selon lui, le pays aura besoin de soutien financier, non seulement pour couvrir le paiement des salaires dans la période post-électorale, mais aussi pour aider à remettre l'État sur pied et relancer l'économie.

Pour ce qui est du mandat du BINUGBIS, le Représentant spécial a estimé qu'il devrait continuer à soutenir les efforts nationaux de consolidation de la paix et de reconstruction de l'État. Outre les conseils en stratégie et politique, le Bureau devrait notamment continuer à surveiller le respect des droits de l'homme.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Guinée-Bissau : l'ONU salue le déroulement des élections dans le calme

Coup de projecteur