Albinisme : Pillay réclame davantage de protection après un meurtre en Tanzanie

Personnes atteintes d’albinisme. Photo IRIN/Helen Blakesley

15 mai 2014 – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a réclamé jeudi une protection accrue pour les personnes atteintes d'albinisme, après l'assassinat d'une femme de 40 ans atteinte de cette maladie dans le nord- ouest de la Tanzanie, le 12 mai.

« Ce meurtre et les circonstances horribles qui l'entourent démontrent malheureusement que la situation des droits humains des personnes atteintes d'albinisme en Tanzanie et dans d'autres pays reste affreuse », a déclaré Mme Pillay dans un communiqué de presse.

Selon les rapports de police, Munghu Lugata a été sauvagement assassinée lundi soir à son domicile de Mwachalala, un village de la région de Simiyu, au nord - ouest de la Tanzanie. Ses assaillants ont coupé sa jambe gauche au-dessus du genou, deux de ses doigts et la partie supérieure de son pouce gauche, alors qu'elle était apparemment encore en vie.

Ces attaques, qui sont souvent motivées par l'utilisation de parties du corps à des fins rituelles, ont coûté la vie à au moins 73 personnes atteintes d'albinisme en Tanzanie depuis 2000. L'assassinat de Mme Lugata est le premier meurtre présumé d'une personne atteinte d'albinisme en Tanzanie en 2014.

La Haut-Commissaire a salué la réaction rapide de la police, qui a arrêté deux sorciers locaux le 13 mai.

Mme Pillay a appelé les autorités tanzaniennes à prendre des mesures urgentes et concrètes pour protéger les personnes atteintes d'albinisme, et à s'engager activement dans la lutte contre la stigmatisation de l'albinisme par l'éducation et des campagnes de sensibilisation.

« La lutte contre l'impunité est un élément clé pour la prévention et la dissuasion des crimes visant cette communauté extrêmement vulnérable, » a déclaré Mme Pillay, tout en notant que les victimes sont souvent confrontées à d'importantes difficultés à engager des poursuites judiciaires, craignant des représailles ou encore la stigmatisation. Sans accès efficace et abordable à la justice, beaucoup ne peuvent pas faire valoir leurs droits.

Navi Pillay a jugé cruciale l'obligation des États à enquêter et poursuivre les auteurs de ces crimes en raison de la vulnérabilité des personnes atteintes d'albinisme. Les États doivent également garantir l'accès à des recours efficaces, à des réparations et à une réinsertion, notamment des soins médicaux et psychologiques pour les survivants et les familles des victimes.

« Partout dans le monde, les gens atteints d'albinisme continuent à faire face à des attaques ou à subir la discrimination, la stigmatisation et l'exclusion sociale », a déclaré la Haut-Commissaire.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a reçu des informations sur plus de 200 cas d'attaques contre des personnes atteintes d'albinisme dans 15 pays entre 2000 et 2013, mais le nombre réel pourrait être beaucoup plus élevé.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Les albinos sont des êtres humains comme les autres, rappelle un groupe d'experts de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur


Aucun résultat
Aucun résultat