Ukraine : Pillay appelle les parties à redoubler d'efforts pour trouver une issue pacifique à la crise

Un mémorial à Kiev. Photo: UNDP Kyiv

6 mai 2014 – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exprimé mardi sa préoccupation concernant la situation en Ukraine où les incidents violents se multiplient avec un nombre croissant de tués et de destructions.

« J'exhorte toutes les parties prenantes à redoubler d'efforts pour trouver une solution pacifique à la crise, particulièrement dans les villes dans l'est et le sud de l'Ukraine qui ont été secouées par des affrontements armés de plus en plus violents », a déclaré Mme Pillay dans un communiqué de presse.

« Les groupes d'opposition armés doivent mettre fin à leurs actions illégales, y compris la détention de personnes et l'occupation de bâtiments publics en violation avec les lois et la Constitution ukrainiennes. Ces groupes armés organisés doivent déposer leurs armes, libérer les personnes détenues de façon arbitraire et évacuer les bâtiments publics et administratifs », a-t-elle ajouté.

La Haut-Commissaire a également appelé le gouvernement à assurer que les opérations policières et militaires soient menées dans le respect des normes internationales.

« Il est extrêmement important que les autorités respectent scrupuleusement l'état de droit et protègent les droits de l'homme, y compris des citoyens issus de la population russophone », a affirmé Mme Pillay.

La chef du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a estimé qu'il fallait que les autorités mènent des enquêtes indépendantes sur les évènements qui ont eu lieu dans les régions d'Odessa et de Donetsk au cours des derniers jours et qui ont causé la mort de dizaines de personnes, y compris dans l'incendie d'un bâtiment syndical à Odessa vendredi dernier qui aurait causé la mort de plus de 40 personnes.

« Il faut lancer d'urgence un dialogue inclusif et participatif à tous les niveaux pour désamorcer les tensions et pour empêcher de nouveaux incidents violents », a déclaré Mme Pillay. « Les dirigeants aux niveaux national et local doivent prendre des mesures sérieuses pour mettre fin aux incitations à la haine et aux confrontations avant que la situation ne dégénère complètement ».

« Les manifestations véritablement pacifiques doivent être autorisées, aussi bien parce que le droit à manifester est protégé par le droit international mais aussi puisqu'elles sont une soupape pour permettre aux gens d'exprimer leurs craintes et frustrations légitimes. Les forces de l'ordre devraient faciliter de tels rassemblements et assurer la protection des participants quelles que soient leurs opinions politiques », a souligné la Haut-Commissaire.

Mme Pillay a également indiqué qu'il était indispensable d'assurer la protection des journalistes et de garantir la liberté d'expression en ajoutant que, de leur côté les journalistes ont la responsabilité d'assurer l'objectivité et la véracité des informations et de s'abstenir de toute incitation à la haine.

« Toutes les parties prenantes doivent permettre aux journalistes de travailler. Leur travail représente un élément clé pour mettre fin à la désinformation et aux incitations à la haine qui ont alimenté des divisions artificielles et très dangereuses entre les communautés », a expliqué Mme Pillay.

La Haut-Commissaire a rappelé que les élections du 25 mai représentent la meilleure opportunité pour l'Ukraine pour entamer le processus de réconciliation et de stabilisation. Le HCDH déploie actuellement une mission de 34 observateurs à cinq endroits différents de l'Ukraine, et ils vont soumettre le prochain rapport d'évaluation de la situation le 15 mai.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ukraine : l'ONU se félicite de la libération des observateurs de l'OSCE

En savoir plus





Coup de projecteur