L'ONU rappelle l'importance de la liberté de la presse pour le développement durable

Le Président de l’Assemblée générale, John Ashe, et le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lors d’une manifestation sur la Journée mondiale de la liberté de la presse. Photo ONU/Paulo Filgueiras

1 mai 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rappelé jeudi que la liberté d'opinion et d'expression est essentielle à la démocratie, la transparence et l'état de droit, qui sont des facteurs nécessaires pour le succès du programme de développement durable qui succédera aux Objectifs du Millénaire pour le développement après 2015.

« La liberté d'expression, des médias indépendants, et l'accès universel aux savoirs serviront à aider à réaliser des progrès durables pour les gens et pour la planète », a déclaré M. Ban lors d'une manifestation organisée à l'Assemblée générale pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse, qui a lieu chaque année le 3 mai

Le Secrétaire général a rappelé que même au-delà de 2015, « nous devrons faire face à de graves menaces à l'encontre de la liberté de la presse dans le monde. » Dans de nombreux pays, les journalistes et autres professionnels des médias sont, pour rendre compte de la vérité, confrontés à des obstacles systématiques allant de la censure, l'arrestation et l'emprisonnement à l'intimidation, les attaques, voire l'assassinat, a-t-il noté.

« L'année dernière, 70 journalistes ont été tués, dont beaucoup pris dans le feu croisé des conflits armés. Cette année, 14 ont subi le même sort », a expliqué M. Ban. « L'année dernière, 211 journalistes étaient en prison. Près de 480 journalistes ont été contraints à l'exil depuis 2008, et depuis 1992 bien plus que 1000 journalistes ont été tués, soit près d'un par semaine ».

« En cette Journée mondiale de la liberté de la presse, nous appelons tous les États, toutes les sociétés et tous les particuliers à défendre activement la liberté d'expression et la liberté de la presse en tant que droits fondamentaux et contributions cruciales à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et la promotion du Programme de développement pour l'après-2015 », a-t-il ajouté.

De son côté, le Président de l'Assemblée générale, John Ashe, a souligné que la liberté d'expression et la liberté de la presse sont des droits fondamentaux et des piliers des sociétés démocratiques.

« Lorsque les journalistes sont capables de travailler librement, ils contribuent à informer les citoyens et donc renforcer leur capacité à participer aux processus politique et social et cela permet un engagement civique », a-t-il déclaré.

En décembre 2013, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution qui condamne sans équivoque toutes les attaques et violences contre les journalistes et le personnel des médias.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un journaliste turc lauréat du Prix de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano

En savoir plus





Coup de projecteur