Soudan du Sud : le Conseil de sécurité exige que les belligérants cessent les violences

La Représentante permanente du Nigéria auprès des Nations Unies, U. Joy Ogwu, Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d’avril 2014. Photo ONU/Paulo Filgueiras

24 avril 2014 – Le Conseil de sécurité des Nations Unies a exigé jeudi que le Président Salva Kiir, l'ancien Vice-Président Riek Machar, et les autres dirigeants politiques au Soudan du Sud fassent preuve de leadership en mettant fin immédiatement aux violences qui ravagent leur pays depuis plusieurs mois.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil expriment « leur horreur et leur colère face aux violences de grande ampleur du 14 au 16 avril à Bentiu qui ont causé la mort de plus de 200 hommes, femmes et enfants. » Ils se disent préoccupés par le fait que plus de 23.000 personnes déplacées ont trouvé refuge dans le camp de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) à Bentiu, « amplifiant une situation humanitaire déjà catastrophique. »

Les membres du Conseil réitèrent aussi leur condamnation de l'attaque du 17 avril contre un site de la MINUSS à Bor qui a fait un grand nombre de morts et de blessés et se disent inquiets des menaces visant les installations pétrolières, les compagnies pétrolières et leurs employés.

Mercredi soir, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, et le Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme, Ivan Simonovic, ont fait le point sur la situation au Soudan du Sud devant le Conseil de sécurité.

Dans leur déclaration à la presse jeudi, les membres du Conseil exigent que « le Président Salva Kiir, l'ancien Vice-Président Riek Machar et les autres dirigeants politiques fassent preuve de leadership en déclarant publiquement que toute attaque contre des civils est inacceptable, en s'engageant à faire en sorte que ceux qui ordonnent ou mènent ces attaques rendent des comptes, en mettant fin immédiatement à la violence, et en revenant au processus de paix sous l'égide de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) ».

Le Conseil de sécurité a demandé au Bureau de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme de mener immédiatement une mission d'enquête sur les événements à Bentiu, et à M. Simonovic de retourner au Soudan du Sud dès que possible pour évaluer les récents développements et présenter un rapport au Conseil de sécurité.

Les membres du Conseil de sécurité ont déclaré qu'ils étaient prêts « à prendre des mesures supplémentaires si les attaques contre les civils et les violations de l'accord de cessation des hostilités se poursuivaient ».

De son côté, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a eu une série de conversations téléphoniques avec des chefs d’Etat et de gouvernement de l’IGAD, un groupement régional associant sept pays est-africains, pour exprimer son soutien à leurs efforts pour amener le Président Kiir et Riek Machar à la table de négociations, a indiqué son porte-parole adjoint jeudi.

« Le Secrétaire général a le sentiment que les deux parties ont besoin d’être fortement prévenues des conséquences de leurs actes avant que le pays ne soit confronté à davantage de violence », a dit ce porte-parole adjoint lors d’un point de presse à New York.

Pour sa part, la MINUSS a condamné jeudi une attaque non provoquée dans l'Etat du Haut-Nil contre un convoi de barges que l'ONU avait loué pour livrer de l'assistance alimentaire et du carburant à sa base de Malakal.

L'attaque par des attaquants non identifiés a eu lieu sur le Nil, près de Barbuoui. Le convoi a été visé par des tirs et ensuite des grenades. Quatre membres d'équipage et casques bleus ont été blessés. Les deux parties en conflit ont nié toute responsabilité dans cette attaque, a noté la MINUSS dans un communiqué de presse.

« La MINUSS appelle une nouvelle fois les principales parties en conflit à respecter l'accord de cessez-le-feu qu'elles ont signé dans la capitale éthiopienne Addis Abeba le 23 janvier 2014 et à respecter l'inviolabilité des biens et des installations des Nations Unies au Soudan du Sud », a ajouté la Mission.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud : la MINUSS condamne les meurtres ciblés de centaines de civils à Bentiu

En savoir plus





Coup de projecteur