Myanmar : l'UNICEF s’inquiète pour les enfants de Kachin

Une mère et ses enfants dans un camp de déplacés dans l’Etat de Rakhine, au Myanmar. Photo OCHA/Michelle Delaney

22 avril 2014 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a prévenu mardi que les combats dans l'État de Kachin, au Myanmar, qui a forcé des milliers de personnes à fuir leurs foyers, ont considérablement augmenté les risques pour les enfants de cette région.

Ces combats rendent ces enfants plus vulnérables au risque de recrutement, limitent leur accès aux services de base et les exposent davantage au risque des mines et engins explosifs qui truffent la région.

Selon les estimations de l'UNICEF, plus de 1.000 enfants ont été contraints de fuir à cause des combats qui opposent l'armée nationale du Myanmar et l'Armée de l'indépendance du Kachin, dans le sud de cette région.

« Les combats et les déplacements des familles ont augmenté les risques pour la santé des enfants, y compris en limitant leur accès à l'eau potable et à l'assainissement », a expliqué le Représentant de l'UNICEF au Myanmar, Bertrand Bainvel, dans un communiqué de presse.

Même avant la reprise des combats, l'État de Kachin était l'une des régions les plus minées du Myanmar, et les explosions de mines continuent de tuer et de blesser les populations vulnérables, dont des enfants, et d'entraver la fourniture d'aide humanitaire.

« Il est malheureux que le risque considérable auquel sont confrontés les enfants ne disparait pas, même après la fin des hostilités, puisqu'ils risquent d'être victimes des mines anti-personnel ou d'être recrutés de force dans les rangs des combattants armés », a affirmé M. Bainvel.

L'UNICEF travaille avec d'autres agences onusiennes et des ONG pour aider les enfants et leurs familles. Une des priorités de leur action est d'assurer l'accès aux populations affectées, et notamment aux enfants.

« Nous devons apporter une aide d'urgence, mais cette aide ne suffit pas à elle seule. Les enfants ont besoin de paix et de stabilité pour grandir et pour se développer », a souligné le Représentant de l'UNICEF.

Plus de 75.000 personnes ont été déplacées depuis le début des combats entre les forces du gouvernement et les rebelles de Kachin il y a presque deux ans. Pour de nombreuses personnes déplacées, il s'agit de la deuxième, voire de la troisième fois qu'elles sont contraintes de fuir au cours de l'année passée.

« Pour le bien des enfants, les parties prenantes doivent immédiatement s'engager à mettre fin à la violence et à protéger les enfants des risques des mines et du recrutement forcé », a indiqué M. Bainvel. « Cela est absolument nécessaire si l'on veut que les enfants de Kachin bénéficient des mêmes espérances et perspectives d'avenir que les autres enfants du Myanmar, notamment grâce au processus de réformes lancé dans ce pays ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Myanmar : un expert de l'ONU dénonce une détérioration des droits de l'homme à Rakhine

En savoir plus





Coup de projecteur