RDC : l'UNESCO condamne une attaque contre le Directeur du Parc des Virunga

Des gorilles dans le parc national des Virunga, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

16 avril 2014 – La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a vivement condamné mercredi l'attaque violente dont a été victime le Directeur du Parc National des Virunga, Emmanuel de Merode, en République démocratique du Congo (RDC).

« Nous suivons l'évolution de son état avec attention et nous lui souhaitons un prompt rétablissement », a dit Mme Bokova.

« Il est scandaleux que des professionnels comme ceux de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) risquent ainsi leurs vies pour la protection du Patrimoine mondial. Je salue l'immense courage dont font preuve chaque jour les gardes parcs de l'ICCN », a-t-elle ajouté.

La Directrice générale de l'UNESCO a appelé les autorités de la RDC à faire toute la lumière sur cette embuscade et à porter les responsables devant la justice. Elle a également encouragé la communauté internationale à soutenir les efforts de la RDC pour assurer la protection des sites inscrits au patrimoine mondial et de celles et ceux qui ont pour mission de les protéger.

La Directrice générale a exprimé son inquiétude face à la recrudescence de la violence dans les sites du patrimoine mondial en RDC. Le personnel de l'ICCN a connu de lourdes pertes en vies humaines et de nombreux blessés pour la défense du Parc National des Virunga, de la Réserve de Faune à Okapis et dans les autres sites du patrimoine mondial de la RDC.

Depuis 1996, le parc des Virunga déplore 140 à 150 victimes. Le gouvernement s'est engagé par la Déclaration de Kinshasa de 2011 à sécuriser les sites de patrimoine mondial.

Le Parc National des Virunga est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 1979 en raison de son exceptionnelle biodiversité, notamment des espèces endémiques et rares, tel que le gorille de montagne. Le site est également inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril depuis 1994 en raison de l'impact du conflit dans la région des Grands Lacs. Le parc est aussi menacé par des projets d'exploration pétrolière que l'UNESCO considère incompatible avec le statut de patrimoine mondial du site.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Honduras : l'UNESCO condamne le meurtre d'un employé de radio

En savoir plus





Coup de projecteur