Le Conseil de sécurité condamne toute négation du génocide rwandais

Le mur portant des noms de victimes du génocide au Rwanda au mémorial de Kigali

16 avril 2014 – Alors que le 20ème anniversaire du génocide au Rwanda est commémoré cette année, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi une résolution condamnant sans réserve toute négation de ce génocide et soulignant qu'il importe d'en tirer les leçons.

Le génocide perpétré en 1994 au Rwanda a fait plus de 800.000 morts et a visé principalement les Tutsis, mais aussi des Hutus et d'autres personnes opposées au génocide.

Dans cette résolution adoptée mercredi à l’unanimité, les membres du Conseil invitent aussi instamment les Etats membres à se donner des programmes éducatifs pour graver dans l'esprit des générations futures les leçons du génocide.

Le Conseil de sécurité salue également « les efforts déployés par les Etats membres pour mener des enquêtes et poursuivre toutes personnes accusées de ce génocide » et demande à tous les Etats de coopérer avec le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), le Mécanisme international chargé d'exercer les fonctions résiduelles des tribunaux pénaux et le gouvernement rwandais afin d'arrêter et de traduire en justice les neuf fugitifs restants mis en accusation par le TPIR.

Il demande aussi aux Etats d'enquêter sur les faits, d'arrêter, de poursuivre ou d'extrader « tous autres fugitifs accusés de génocide qui résident sur leur territoire, y compris les dirigeants des FDLR » (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda).

La résolution enfin demande « aux Etats qui ne l'ont pas encore fait d'envisager, à titre hautement prioritaire, de ratifier la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide ou d'y adhérer et, au besoin, de se donner chacun des lois en exécution des obligations découlant de ladite Convention. »

Lors de cette réunion du Conseil de sécurité commémorant le 20ème anniversaire du génocide rwandais, le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, a rappelé que cette tragédie était « l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire humaine. »

« Alors que nous commémorons le 20ème anniversaire du génocide, nous rendons aussi un hommage spécial à l’impressionnant travail des Rwandais pour se relever et se réconcilier », a dit M. Eliasson dans un discours. Selon lui, le Rwanda est l’un des rares pays à avoir établi une institution chargée de prévenir le génocide.

Toutefois, les conflits actuels en Syrie, au Soudan du Sud et en République centrafricaine montrent que les efforts pour protéger les populations à travers le monde contre les atrocités restent incertains. Le Vice-Secrétaire général a prévenu qu’aucun pays n’était à l’abri de ce type d’atrocités. « Toutes les sociétés doivent donc évaluer leur vulnérabilité et travailler à tous les niveaux pour renforcer la résilience, la tolérance et la vigilance pour détecter les signes avant-coureurs des crises de cette nature », a-t-il dit.

M. Eliasson a appelé tous les Etats à assumer leur responsabilité de prévenir le génocide et d’autres atrocités, de protéger et de promouvoir les droits humains, et de soutenir la diversité de la société civile.

L’ancien Représentant permanent de la Nouvelle-Zélande, Colin Keating, qui occupait, en avril 1994, la Présidence du Conseil de sécurité, a également prononcé un discours lors de la réunion du Conseil.

« Ma première responsabilité aujourd’hui est de commémorer le souvenir des victimes, qui ont été près d’un million à mourir, et des survivants. Cette réunion fournit également une occasion propice, pour moi, en ma qualité d’ancien président du Conseil, de présenter mes excuses pour ce que nous n’avons pas réussi à faire en 1994 et pour que cela soit officiellement inscrit dans les documents officiels du Conseil de sécurité », a-t-il dit.

En fin de journée mercredi, une manifestation spéciale à l’occasion de la vingtième commémoration du génocide rwandais a eu lieu dans la salle du Conseil économique et social au siège des Nations Unies à New York, en présence notamment du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon. Une minute de silence a été observée en l’honneur des victimes du génocide.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Rwanda : Ban rend hommage au TPIR pour son rôle dans l'établissement de la vérité sur le génocide

En savoir plus





Coup de projecteur