Ukraine : l'ONU appelle à lutter contre l'incitation à la haine, Ban parle avec le Président russe

Un monument improvisé à la mémoire des morts pendant les manifestations à Kiev (février 2014). Photo ONU

15 avril 2014 – Dans un rapport publié mardi, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a affirmé qu'il était urgent de mettre fin à la désinformation, à la propagande et aux incitations à la haine en Ukraine pour éviter l'escalade des tensions dans ce pays.

La publication de ce rapport est intervenue alors que le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a discuté mardi au téléphone de la crise ukrainienne avec le Président russe, Vladimir Poutine.

"Le Secrétaire général a exprimé sa très grande inquiétude au sujet de la situation très volatile dans l'est de l'Ukraine et a souligné qu'une aggravation de cette crise serait très préjudiciable pour tous ceux qui sont concernés, d'où la nécessité pour tout le monde de travailler à la désescalade de la situation", a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

Le rapport du HCDH examine les causes profondes des mouvements de contestation qui ont commencé en novembre 2013, notamment la corruption, les importantes inégalités économiques, la faiblesse de l'état de droit et le fait que les forces de sécurité ne rendent pas des comptes pour les violations des droits de l'homme qu'elles ont commises.

« Il est très important que le gouvernement accorde une priorité au respect pour la diversité, à l'inclusion et à assurer une participation égale pour tous, y compris les minorités, dans la vie politique », a expliqué la Haut-Commissaire Navi Pillay, dans un communiqué de presse.

« La réalité de la situation actuelle doit être connue afin de pouvoir éviter que des versions radicalement différentes puissent être exploitées à des fins politiques. Les gens ont besoin d'informations crédibles pour pouvoir rejeter la désinformation qui circule largement et les incitations à la haine nationaliste, religieuse ou raciale », a-t-elle ajouté.

Le rapport est basé sur les travaux du Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme, Ivan Simonovic, et des informations qu'il a collectées avec son équipe d'observateurs des droits de l'homme durant ses deux missions en Ukraine en mars.

Le rapport examine également ce qui s'est passé en Crimée et compare ces évènements à ce qui se passe actuellement dans les régions orientales de l'Ukraine.

« Dans l'est de l'Ukraine, où vit une importante minorité russe, la situation est particulièrement tendue », explique le rapport. « Il faut prendre des mesures d'urgence pour renforcer la confiance entre le gouvernement et la population, ainsi qu'entre les différentes communautés, afin que tous les Ukrainiens aient le sentiment que leurs préoccupations sont entendues ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ukraine : le pays est « au bord du gouffre », avertit un haut responsable de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur