La Syrie menacée par la sécheresse, selon le PAM

Des Syriens recevant des rations alimentaires du PAM. Photo PAM/Dina Elkassaby

8 avril 2014 – La sécheresse menace la Syrie où les précipitations sont bien inférieures à la normale, ce qui va peser sur la sécurité alimentaire déjà fragile du pays, a prévenu mardi le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a fourni une assistance à un nombre record de 4 millions de personnes le mois dernier.

D'après les experts en sécurité alimentaire du PAM, les précipitations depuis septembre sont inférieures à la moitié de la moyenne à long terme, ce qui aura un impact important sur la prochaine récolte céréalière. La saison des pluies va prendre fin à la mi-mai et il est peu probable que les choses changent de manière significative d'ici là.

Selon les données pluviométriques actuelles, les gouvernorats les plus touchés représentent près de 50% de la production de blé syrien. Le nord-ouest du pays, en particulier les gouvernorats d'Alep, Idleb et Hama, est le plus touché.

« Le PAM et de ses partenaires ont dû engager un effort pour fournir une assistance à 4 millions de personnes en mars, mais nous craignons maintenant qu'une éventuelle sécheresse menace la vie de millions d'autres », a déclaré le Coordonnateur du PAM pour la crise syrienne, Muhannad Hadi. « La Syrie a souffert de cinq années de sécheresse juste avant l'éclatement du conflit et les communautés vulnérables dans les zones touchées ont eu à peine le temps de récupérer avant d'être touchées par le conflit. »

Selon les experts du PAM, la production de blé devrait être comprise entre 1,7 et 2 millions de tonnes, augmentant encore les importations pour répondre aux besoins en blé de la Syrie qui se sont élevés l'an dernier à 5,1 millions de tonnes.

Selon le PAM, la dépendance croissante du pays à l'égard des importations de céréales va encore augmenter les prix des denrées alimentaires.

L'élevage va également souffrir en raison de la pénurie d'eau et de la faible disponibilité en pâturages.

D'après les experts, la guerre a également dévasté les capacités d'irrigation, en raison des dégâts causés aux pompes et aux canaux. Elle a aussi entraîné des coupures de courant, détruit des tracteurs et fait qu'il est dangereux de travailler dans les champs.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : l'ONU et la communauté humanitaire lancent un appel pour l'accès aux civils assiégés

En savoir plus





Coup de projecteur