Myanmar : des centaines de milliers de gens affectés par l’arrêt de l'aide, selon l'ONU

Une mère et ses enfants dans un camp de déplacés dans l’Etat de Rakhine, au Myanmar. Photo OCHA/Michelle Delaney

2 avril 2014 – Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a averti mercredi que des centaines de milliers de personnes dans l'Etat de Rakhine, au Myanmar, étaient affectées par l'interruption de l'aide humanitaire à la suite de récentes attaques contre l'ONU et des organisations non-gouvernementales.

« L'assistance apportée aux personnes déplacées, aux villages isolés et aux communautés de Rakhine a été gravement perturbée, » a dit OCHA dans une déclaration à la presse.

L'ONU travaille avec les autorités du Myanmar pour assurer la mise en place des conditions permettant aux organisations humanitaires de reprendre leurs opérations qui ont été interrompues après des attaques dans la capitale de l'Etat, Sittwe, ayant entraîné la relocalisation de plus de 170 employés et de sérieux dégâts dans plus d'une douzaine de locaux.

« Ce qui s'est passé à Sittwe la semaine dernière n'était pas seulement une attaque contre des organisations internationales, mais une attaque visant l'ensemble des opérations humanitaires dans l'État de Rakhine », a déclaré la Coordonnatrice humanitaire pour le Myanmar, Renata Dessallien.

« Nous avons eu des discussions constructives avec les autorités du Myanmar, qui nous ont assuré qu'elles rempliraient leurs obligations internationales en matière de sécurité du personnel humanitaire », a-t-elle dit. « Notre priorité est maintenant de travailler avec le gouvernement pour créer les conditions nécessaires permettant à plus de 1.000 travailleurs humanitaires de reprendre leur travail. »

Selon OCHA, l'interruption des services humanitaires s'est déjà fait sentir dans les camps pour personnes déplacées et dans des villages isolés de l'État de Rakhine, qui est confronté à des vagues de violence entre bouddhistes et musulmans Rohingyas.

Lors d'une conversation téléphonique, dimanche, avec le Président du Myanmar, Thein Sein, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki- moon, a exhorté le gouvernement à assurer la sécurité des employés et des biens des organisations humanitaires et a souligné que l'impunité ne pouvait pas être tolérée dans le cadre du processus de réformes mené par le pays.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Myanmar : Ban réclame une meilleure protection des employés de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur