FAO : la jeunesse africaine, facteur clé pour relancer l'économie agricole

La jeunesse africaine est cruciale pour le développement agricole. Photo FAO/Giampiero Diana

27 mars 2014 – Il est fondamental d'insérer davantage de jeunes Africains dans l'agriculture et de renforcer le soutien aux agriculteurs familiaux vulnérables de la région pour améliorer la sécurité alimentaire et le bien-être économique dans les années à venir, a déclaré jeudi le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, en s'adressant aux participants de la Conférence régionale de la FAO pour l'Afrique.

« Le taux de croissance économique de la région est supérieur à la moyenne mondiale, et la majorité des économies à plus forte croissance se trouvent en Afrique », a dit M. Graziano da Silva aux ministres de l'agriculture et aux partenaires de financement lors de la réunion qui se tient du 24 au 28 mars à Tunis. « L'enjeu consiste à traduire cette croissance en insertion sociale. Et l'agriculture, le développement rural et la jeunesse seront déterminants pour atteindre cet objectif ».

Les liens entre jeunes, secteur agroalimentaire et développement rural figurent en tête des priorités de l'agenda de la conférence. L'Afrique est la plus jeune région du monde - plus de la moitié de sa population a moins de 25 ans.

« Chaque année, onze millions de personnes entrent sur le marché du travail en Afrique. Cependant, les salaires sont bas dans le secteur rural, la part de l'informel est élevée, l'agriculture est généralement considérée comme peu attrayante aux yeux des jeunes, la protection sociale n'est pas toujours disponible pour les ménages ruraux en situation difficile », a souligné le Directeur général de la FAO.

D'après un rapport préparé pour la Conférence, la croissance spectaculaire affichée par certains pays africains au cours de la dernière décennie ne s'est guère traduite par la création étendue d'emplois ou de revenus pour les jeunes.

La FAO préconise davantage d'investissements publics et privés dans le secteur agroalimentaire, les agro-industries et les services liés au marché pour attirer et garder les jeunes, stimuler la création d'emplois et promouvoir un nouvel essor du secteur agricole.

Selon M. Graziano da Silva, la région a pris une mesure importante pour la relance de l'agriculture avec la création du Fonds africain de solidarité. Le Fonds, géré par la FAO et par l'Union africaine, est financé entièrement par les Etats africains.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FAO invite à accélérer la transformation économique de l'Afrique

En savoir plus






Coup de projecteur