A La Haye, Ban appelle à renforcer la coopération dans le domaine de la sécurité nucléaire

Le Secrétaire général Ban Ki-moon à l’ouverture d’un sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye. Photo ONU/Eskinder Debebe

24 mars 2014 – A l'ouverture lundi d'un Sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye, aux Pays-Bas, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré qu'il était indispensable de renforcer la coopération internationale et il a appelé les dirigeants à prendre des mesures pour travailler ensemble pour un monde plus sûr.

« Aujourd'hui, je vous appelle à agir toute de suite. N'attendez pas que d'autres fassent le premier pas. Notre défi est celui du leadership », a déclaré M. Ban dans son discours lors de ce sommet organisé par le gouvernement néerlandais.

« Travaillons ensemble pour un monde plus sûr pour tous, un monde libre d'armes atomiques et de la menace du terrorisme atomique », a-t-il ajouté.

Pour le chef de l'ONU, la sécurité nucléaire est une préoccupation pressante. Selon lui, les gouvernements nationaux sont les premiers responsables pour éviter que des groupes terroristes acquièrent des armes atomiques, qui sont les armes de destruction massives les plus dangereuses.

« La coopération et l'assistance internationales sont indispensables », a souligné le chef de l'ONU en ajoutant que le renforcement de la sécurité nucléaire et la mise en place d'une culture de sécurité nucléaire sont prioritaires.

M. Ban a souligné que l'ONU a un rôle important à jouer dans trois domaines en particulier, dont le renforcement du cadre international de la sécurité nucléaire, le renforcement des capacités des États à détecter et à mettre fin au commerce illicite des matériaux nucléaires et radiologiques et les efforts pour le désarmement nucléaire.

« La non-prolifération et le renforcement du contrôle des matériaux nucléaires sont importants mais pas suffisants pour offrir une garantie contre la pire des menaces, à savoir l'usage d'armes nucléaires à l'avenir », a déclaré le Secrétaire général.

« La sécurité nucléaire est mise en péril par l'existence même de telles armes et les grandes quantités de matériaux atomiques dans des arsenaux qui échappent aux contrôles internationaux et qui peuvent servir à la fabrication d'armes atomiques », a-t-il expliqué.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'AIEA se prépare à lancer des missions de vérification du programme nucléaire iranien

Aucun résultat
Aucun résultat