Libéria : la Représentante de l'ONU appelle au renforcement des secteurs de la justice et de la sécurité

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le Liberia, Karin Landgren, au Conseil de sécurité. Photo: ONU

20 mars 2014 – Lors d'une réunion au Conseil de sécurité jeudi, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies au Libéria, Karin Landgren, a indiqué que des défis « complexes et redoutables » persistent dans ce pays, notamment dans les domaines de la justice et de la sécurité, et ce alors même que la Mission des Nations Unies (MINUL) est en train de gérer sa stratégie de sortie.

« Alors que le Libéria entame sa deuxième décennie post conflit, d'importants défis persistent pour institutionnaliser des réformes dans des secteurs critiques et renforcer les capacités d'une gouvernance efficace », a indiqué Mme Landgren. « Ces processus sont complexes et redoutables car, avant même la guerre, le Libéria avait très peu d'institutions méritocratiques et des mécanismes efficaces de responsabilité. »

Mme Landgren a cité la responsabilité et la transparence, d'une part, et la justice et la sécurité, d'autre part, comme les piliers de la stabilité.

« La police nationale souffre toujours des procédures budgétaires très compliquées et de ses faibles capacités en matière de gestion financière. Au mois de février, le Ministre des finances a pris des mesures pour alléger les procédures de déboursement alors que la Présidente a pris l'engagement de prévoir davantage de ressources pour la formation des policiers et une meilleure utilisation de leurs infrastructures », a dit la Représentante spéciale.

En juin, la MINUL achèvera la seconde et avant-dernière phase de la réduction de ses effectifs militaires, tel que l'a approuvé le Conseil de sécurité. D'ici à mai 2014, la moitié des comtés du pays n'aura plus de présence militaire de l'ONU; le reste des troupes étant déployées à Monrovia et le long de la frontière avec la Côte d'Ivoire et la Guinée, qui sont aussi les régions les plus peuplées.

« Le Libéria doit absolument se doter d'un secteur de la sécurité appuyé par un système judiciaire qui inspire confiance, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui », a prévenu la Représentante spéciale en saluant la nouvelle loi sur la police qui devrait promouvoir des procédures claires de recrutement et de promotion fondées sur le mérite. « Toutefois, la suspension pour six mois, du Ministre de la justice, par la Cour suprême de justice, en janvier dernier, s'est ajoutée aux obstacles à une véritable réforme de la justice et du secteur de la sécurité ».

La Représentante spéciale a conclu en rappelant les rendez-vous importants de la région, dont les élections présidentielles en Côte d'Ivoire et en Guinée en 2015, et au Libéria en 2017. La gestion d'une bonne stratégie de sortie du Libéria, pour préserver la stabilité duquel la communauté internationale a tant investi, sera une tâche délicate pour la MINUL et le Conseil, a-t-elle prévenu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité proroge d'un an le mandat de la Mission des Nations Unies au Liberia

Aucun résultat
Aucun résultat