Une experte de l'ONU appelle à des actions ciblées pour lutter contre les discriminations des minorités dans le monde

L’Experte indépendante sur les questions relatives aux minorités, Rita Izsak. Photo HCDH.

19 mars 2014 – Lors d'une réunion mercredi au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, l'experte indépendante des Nations Unies sur les questions des minorités, Rita Izsák, a rappelé que les discriminations sur les groupes minoritaires ont un impact négatif considérable, notamment dans le domaine du développement.

Mme Izsák, a appelé les États à mettre en place des mécanismes permettant l'échange d'informations et des espaces de discussions sur les questions relatives aux minorités. La Déclaration sur les personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques stipule le droit de ces personnes à pratiquer librement leur religion en privé comme en public, sans interférence ou discrimination.

« L'État doit également s'assurer que le système éducatif laisse une place aux minorités, et que les enfants issus de ces groupes aient l'opportunité d'apprendre leur langue et leur religion », a-t-elle affirmé.

Selon l'experte indépendante, le Forum sur les questions relatives aux minorités, tenu en novembre 2013, avait fait état de tendances inquiétantes, notamment des violations des droits des minorités, des barrières légales et administratives, des discriminations quant à l'exercice de leur religion, des actes de vandalisme ou encore des destructions de sites historiques et culturels.

« Il faut donc se pencher sur les droits de ces minorités, notamment dans le cadre du programme de développement pour l'après-2015. L'impact des discriminations sur les groupes minoritaires ne peut être sous-estimé », a expliqué Mme Izsák.

Le rapport de l'experte indépendante présente une réflexion consacrée au thème de l'intégration des questions relatives aux minorités dans le programme de développement pour l'après-2015. L'égalité pour les minorités est un droit de l'homme et elle doit être reconnue comme un des objectifs fondamentaux du développement.

« Bien qu'une attention accrue soit accordée aux questions qui concernent les femmes, les personnes handicapées, les personnes âgées et les groupes vulnérables en général, les questions relatives aux minorités sont encore insuffisamment prises en compte dans les discussions », a prévenu l'experte indépendante de l'ONU.

« De ce fait, partout dans le monde, les minorités défavorisées restent parmi les communautés les plus pauvres et les plus exclues d'un point de vue économique et social », a-t-elle ajouté en préconisant notamment des mesures de discrimination positive ciblées pour remédier à l'exclusion économique et sociale des minorités.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Nigéria : une experte de l'ONU appelle à garantir les droits des minorités