Chine : des experts de l'ONU appellent les autorités à enquêter sur la mort d'une défenseure des droits de l'homme

Logo du Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

18 mars 2014 – Un groupe d'experts indépendants des Nations Unies ont exprimé mardi leur consternation face au décès de la défenseure des droits de l'homme chinoise et avocate, Cao Sun Ly Shunli, qui fut depuis 2008 une militante ardente pour la transparence et la participation de la société civile dans le cadre de l'examen périodique de la situation des droits de l'homme en Chine par le Conseil des droits de l'homme.

Les experts de l'ONU ont demandé aux autorités chinoises de mener rapidement une enquête sur les circonstances qui ont conduit à la mort de Mme Cao qui est décédée à l'hôpital le 14 mars. Parmi ces experts sont les Rapporteurs spéciaux sur la torture, sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d'association, et sur la situation des défenseurs des droits de l'homme.

Le 14 septembre 2013, Mme Cao a été empêché par les autorités chinoises d'embarquer à bord d'un vol à Beijing à destination de Genève, où elle devait participer à un séminaire sur les droits de l'homme et observer l'examen de la Chine par le Conseil.

Les experts ont rappelé que Mme Cao avait été détenue dans un endroit tenu secret, jusqu'au jour où elle a été formellement accusée du crime de provocation. Sa santé s'est détériorée en détention et elle a été transférée à l'hôpital dans un état critique le 19 février 2014.

« La disparition forcée et la détention arbitraire de Mme Cao, qui avait des problèmes de santé et qui a été privé de soins médicaux ont fait l'objet d'appels urgents aux autorités chinoises, dès que nous avons pris connaissance de l'affaire », ont affirmé les experts dans un communiqué de presse.

« Le décès de Mme Cao est un exemple tragique des résultats de la criminalisation des activités des défenseurs des droits de l'homme en Chine et des représailles contre eux. Il est inacceptable que les militants de la société civile paient le prix ultime pour leur travail pacifique et légitime avec l'ONU ses mécanismes des droits de l'homme », ont souligné les experts indépendants nommés par le Conseil des droits de l'homme.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Des experts demandent la participation de la société civile chinoise à l'Examen périodique universel des droits de l'homme

En savoir plus






Coup de projecteur