La FAO rassemble toutes les informations sur la couverture végétale de la planète dans une base de données

Une forêt. Photo: FAO/Giulio Napolitano

17 mars 2014 – Une nouvelle base de données publiée lundi par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) rassemble un grand nombre d'informations sur le couvert végétal des quatre coins du monde en une base de données centralisée, actualisant ainsi les informations disponibles sur les caractéristiques physiques de la surface de la terre.

La diversité des mesures et des enregistrements des données réalisés par différents pays et organisations, avait jusqu'à présent constitué l'un des principaux obstacles rencontrés pour dégager une vue d'ensemble de la couverture végétale mondiale, qui sert notamment à connaître l'étendue des superficies cultivées, des terres boisées ou des sols nus.

Mais pour la nouvelle base de données de la FAO, les données provenant de multiples sources et partenaires ont passé un contrôle qualité et ont été harmonisées selon les définitions et normes acceptées à l'échelle internationale, réunissant une mine d'informations au niveau des pays en une base de données exhaustive sur toute la planète.

Au nombre des applications de la nouvelle base de données GLC-SHARE figurent notamment le suivi de l'évolution du couvert végétal, les différentes utilisations des terres en fonction des sols, l'évaluation de l'impact du changement climatique sur la production vivrière et la planification de l'occupation des sols.

« Il est essentiel de bien comprendre la couverture végétale de notre planète afin de promouvoir la gestion durable des terres, qui permet d'exploiter efficacement les ressources naturelles de plus en plus limitées tout en préservant l'environnement », a déclaré John Latham, de la Division FAO de mise en valeur des terres et des eaux, dans un communiqué de presse.

« Cette actualisation de la couverture végétale de la terre intervient à un moment crucial », a-t-il ajouté. « Elle sera un outil précieux pour évaluer la durabilité de l'agriculture et soutenir le développement rural durable fondé sur des données probantes, ainsi que les politiques d'utilisation des terres contribuant à réduire la pauvreté. Elle visera également à promouvoir des systèmes agricoles et alimentaires inclusifs et efficaces et à renforcer la résilience des moyens d'existence des populations. GLC-SHARE permettra en outre de comprendre les effets du changement et de la variabilité climatiques sur les principales ressources naturelles, ainsi que la production vivrière ».

Une population mondiale en pleine expansion et une demande croissante de nourriture constituent de sérieux enjeux pour l'agriculture qui, au cours des prochaines années, devra produire plus avec moins de ressources naturelles, tout en s'adaptant au changement climatique.

La FAO estime que la production vivrière mondiale devra augmenter de 60% d'ici 2050, pour l'essentiel sur des terres déjà cultivées.


News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO : hausse des incidents liés à la présence d'OGM dans les importations alimentaires

En savoir plus





Coup de projecteur