RDC: le chef de la MONUSCO insiste sur la nécessité de consolider les gains militaires par la stabilisation

Une escorte militaire de la MONUSCO en République démocratique du Congo (RDC). Photo ONU/Sylvain Liechti

14 mars 2014 – Lors d'une réunion vendredi au Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo, Martin Kobler, a déclaré que la défaite militaire du M23, les opérations conjointes contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et les Forces démocratiques alliés (ADF) et la sécurisation des territoires libérés contribuent tous à l'émergence d'ilots de stabilité afin de graduellement rétablir l'autorité de l'État à l'est.

« C'est à nous maintenant de gagner la paix avec énergie, conviction et persistance », a affirmé M. Kobler en rappelant que dans le « triangle de la mort » au Katanga, les groupes Mayi-Mayi Bakata Katanga ont brules 80 villages provoquant le déplacement de 400.000 civils. Selon lui, le retour de la paix à Goma et les horreurs du triangle de la mort, illustrait les espoirs et désespoirs, les chances et les défis du peuple congolais.

À l'aube de l'adoption d'un nouveau mandat, le chef de la MONUSCO a énuméré trois priorité pour la mission, dont la sécurité et la protection, la stabilisation des zones affectées par un conflit et enfin l'appui au processus de réforme et de la mise en œuvre de l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération.

S'agissant de la sécurité et protection, M. Kobler a indiqué que grâce aux renseignements obtenus notamment avec des engins de surveillance non armés et sans pilote, les opérations peuvent mieux viser les FDLR. Il s'est également félicité de la destruction des principaux sièges de l'ADF.

M. Kobler a rappelé que l'usage de la force est insuffisant sans être complété par un cadre politique, et le succès militaire des opérations contre le M23 ne sera pas durable sans la mise en œuvre des déclarations de Nairobi et sans la réintégration des ex-combattants en Ouganda et au Rwanda.

Dans le même contexte, le Représentant spécial a exhorté la communauté internationale et le gouvernement congolais à trouver les moyens de structurer et financer le programme national de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR). Il a prévenu que toute incapacité de mettre en œuvre rapidement le plan DDR signifierait un sérieux retour en arrière.

Concernant la protection des populations civiles, M. Kobler a indiqué que la MONUSCO, en collaboration avec le Haut-Commissariat aux droits de l'homme, publiera un rapport spécifique sur la question de la lutte contre l'impunité s'agissant des violences sexuelles.

« Il y a aussi une tolérance zéro en ce qui concerne le recrutement des enfants soldats », a indiqué M. Kobler en précisant que 268 enfants avaient été soustraits depuis mi-décembre 2013 des groupes armés qui se sont rendus à l'armée congolaise au Nord-Kivu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RDC : l'envoyé de l'ONU appelle les rebelles des FDLR à se rendre

En savoir plus





Coup de projecteur