Une experte de l'ONU appelle à une action concertée contre l'exploitation sexuelle des enfants

La Rapporteure spéciale de l’ONU, Najat Maalla M’jid.

13 mars 2014 – La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie impliquant des enfants, Najat Maalla M'jid, a déclaré jeudi que les enfants sont plus que jamais exposés au risque d'exploitation et qu'il est nécessaire d'adopter une action concertée au niveau international puisque le monde devient de plus en plus interconnecté.

« Des millions de filles et de garçons dans le monde sont victimes d'exploitation sexuelle, même si ce problème a gagné en visibilité au cours des dernières années », a affirmé Mme Maalla M'jid lors de la présentation de son rapport au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

« La pornographie impliquant des enfants est de plus en plus disponible sur internet. Les victimes d'exploitation sexuelle en ligne sont de plus en plus jeunes et les images sont de plus en plus horrifiantes », a-t-elle expliqué.

L'experte indépendante de l'ONU a prévenu que certaines formes d'exploitation sexuelle des enfants sont en hausse, dont la vente et la traite des enfants esclaves sexuels, le tourisme sexuel pédophile et l'exploitation sexuelle en ligne. Selon elle, l'ampleur réelle du problème est difficile à évaluer avec précision à cause de lois inadéquates et d'un manque de données.

« La nature clandestine de cette exploitation, la peur de représailles et de la stigmatisation ainsi que le manque de mécanismes de dépôt de plainte adaptés aux enfants sont également à l'origine de notre manque de compréhension de ce problème », a souligné Mme Maalla M'jid.

« Le développement de nouvelles technologies a facilité l'accès aux enfants partout dans le monde et a fait que l'exploitation a connu une croissance. Les destinations des touristes sexuels changent constamment puisque les auteurs de violations choisissent des destinations avec un contrôle et un cadre juridique faibles », a-t-elle ajouté.

Pour mieux lutter contre ces crimes, l'experte préconise le renforcement de la coopération internationale et l'adoption d'un cadre légal commun. Elle a également appelé à la participation active du secteur privé et d'une prise de responsabilité accrue des fournisseurs d'accès à internet, des agences de tourisme ainsi que des médias et des banques et autres institutions financières.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Une experte de l'ONU dénonce la banalisation de l'exploitation sexuelle des enfants à Madagascar

En savoir plus





Coup de projecteur