Les prix alimentaires en forte hausse en février – FAO

6 mars 2014 – L'indice FAO des prix des produits alimentaires a affiché sa plus forte hausse depuis la mi-2012, compte tenu de perturbations climatiques et d'une demande accrue, a indiqué jeudi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice avoisinait les 208,1 points en février 2014, soit 5,2 points (ou 2,6%) de plus que le niveau légèrement révisé de janvier, tout en restant inférieur de 2,1% à celui de la même période de l'an dernier.

Les chiffres ont été publiés dans un contexte général de flambées des prix du blé et du maïs suite aux événements intervenus en Ukraine, auxquels on ne peut toutefois attribuer entièrement l'accroissement de février.

L'indice, qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires, a enregistré des hausses de prix dans tous les groupes de produits, à l'exception de la viande qui a légèrement baissé. Les plus fortes augmentations depuis janvier ont été constatées pour le sucre (+ 6,2%) et les huiles (+ 4,9%), suivies des céréales (+ 3,6%) et des produits laitiers (+ 2,9%).

« La hausse de février fait suite à une longue période de baisse des prix alimentaires en général. Mais il est encore trop tôt pour affirmer qu'il s'agit d'un véritable inversement de tendance », a déclaré Concepción Calpe, Économiste principale à la FAO. « Les conditions météorologiques sont probablement un élément déterminant dans la hausse des prix de certaines denrées comme le sucre et le blé, mais pour les prix du maïs, des produits laitiers et des huiles, la demande soutenue est aussi un facteur important », a ajouté Mme Calpe.

L'indice FAO des prix des céréales était en moyenne de 195,8 points en février, ce qui représente une progression de 6,8 points (ou 3,6%) par rapport au mois précédent. Le rebondissement des prix reflète essentiellement les préoccupations liées aux récoltes de blé aux Etats-Unis, une forte demande de céréales secondaires, tant pour l'alimentation animale que pour les agrocarburants, et les prix élevés du riz Japonica. Et pourtant, les prix des céréales demeurent, dans l'ensemble, inférieurs de 18,8% à leur niveau de février 2013.

L'indice FAO des huiles végétales avoisinait les 197,8 points en février, marquant une hausse de 9,2 points (ou 4,9%) par rapport à janvier, due aux inquiétudes planant sur les conditions climatiques défavorables en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud, et à la demande mondiale dynamique, notamment des producteurs de biodiesel pour l'huile de palme.

L'indice des produits laitiers était en moyenne de 275,4 points en février, soit 7,7 points (ou 2,9%) de plus qu'en janvier, tandis que celui de la viande s'établissait à 182,6 points, en retrait de seulement 0,5 point par rapport au niveau révisé de janvier.

Suite au recul observé pendant trois mois consécutifs, les prix du sucre se sont redressés fin février, sous l'effet des préoccupations liées aux dégâts causés aux cultures par le temps sec au Brésil, et les récentes prévisions d'une chute potentielle de la production en Inde. L'Indice FAO des prix du sucre avoisinait les 235,4 points en février, en hausse de 13,7 points (ou 6,2%) par rapport à janvier.


News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO : conflits et migration pèsent sur la sécurité alimentaire au Proche-Orient

En savoir plus





Coup de projecteur