L'ONU sollicite la mise en place de politiques en faveur de l'agriculture familiale

Photo PNUE

5 mars 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, ont lancé mercredi un appel aux gouvernements afin d'intensifier leur soutien en faveur des petits agriculteurs et de vaincre la bataille contre la faim.

Dans un message relayé par M. Graziano da Silva au Forum mondial et à l'Exposition sur l'agriculture familiale qui se déroulent à Budapest (Hongrie), Ban Ki-moon a déclaré que la célébration de l'Année internationale de l'agriculture familiale en 2014 appelait à « prendre des engagements ».

« Les gouvernements peuvent donner aux agriculteurs familiaux, et en particulier aux femmes et aux jeunes, les moyens d'agir en créant des politiques propices à un développement rural équitable et durable », a dit le Secrétaire général. « Cela implique de meilleures infrastructures pour réduire les volumes de nourriture perdue après la récolte lorsque les petits producteurs ne peuvent ni stocker, ni transformer, ni transporter leurs marchandises. »

Le Secrétaire général de l'ONU a également encouragé les prêteurs publics et privés à offrir des services financiers essentiels, comme le crédit et l'assurance. Il a souligné la grande vulnérabilité des petits cultivateurs familiaux aux effets du changement climatique tels que phénomènes météorologiques extrêmes, sécheresses et inondations.

Dans son allocution au Forum, M. Graziano da Silva s'est fait l'écho du message du Secrétaire général de l'ONU en exhortant les gouvernements à adopter expressément des politiques en faveur de l'agriculture familiale.

Le Directeur général de la FAO a souligné que les agriculteurs familiaux, les communautés de pêcheurs, les populations tributaires de la forêt, les éleveurs et les communautés traditionnelles et les peuples autochtones sont un élément essentiel de la sécurité alimentaire dans la plupart des pays, tout en comptant parmi les populations les plus vulnérables.

Selon une étude récente portant sur 93 pays, les fermes familiales représentent plus de 90% de toutes les exploitations agricoles, a-t-il indiqué au Forum. Les agriculteurs familiaux gèrent en outre la majorité des terres agricoles de la planète - jusqu'à 63% en Europe.

« Outre le fait qu'ils produisent une grande part de la nourriture que nous consommons, les agriculteurs familiaux sont de loin la première source d'emploi au monde », a souligné le Directeur général, en ajoutant qu'ils sont aussi les gardiens de l'agro-biodiversité de la planète et de ses ressources naturelles.

M. Graziano da Silva a insisté sur l'importance de protéger les agriculteurs familiaux des menaces croissantes pesant sur leur accès à la terre du fait des conditions d'insécurité et de la mainmise sur les terres.

Les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers approuvées par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale, ainsi que ses Principes d'investissement agricole responsable en cours de négociation, sont d'une importance capitale pour enrayer ces menaces, a-t-il indiqué.

« Le secteur privé investit déjà largement dans l'agriculture et continuera de le faire, qu'on le veuille ou non », a-t-il expliqué. « Il est donc primordial d'instituer une vision commune sur la manière d'investir durablement et de protéger les droits des agriculteurs familiaux et des communautés pauvres. »

La Secrétaire générale de l'Association des agriculteurs d'Asie, Esther Penunia, le Président de la zone sud de la Fédération nationale des pêches de Mauritanie, Mohammed Ould Saleck, et le Président de l'Association des agriculteurs européens, Gerd Sonnleitner, ont été officiellement nommés Ambassadeurs spéciaux de la FAO pour l'agriculture familiale durant le Forum aujourd'hui.

Ils viennent s'ajouter aux autres ambassadeurs spéciaux déjà nommés pour l'Année, à savoir Ibrahima Coulibaly, Président de la Coordination nationale des Organisations paysannes du Mali, et Mirna Cunningham, ancienne Présidente du Forum Permanent des Nations Unies sur les questions indigènes.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FAO salue l'engagement historique d'éliminer la faim en Afrique d'ici 2025

En savoir plus





Coup de projecteur