Philippines : Amos appelle à poursuivre les efforts de reconstruction après Haiyan

La chef de l’humanitaire des Nations Unies, Valerie Amos (au centre) lors d’une visite à Guiuan, aux Philippines, le 26 février 2014. Photo OCHA/Joey Reyna

27 février 2014 – À l'issue d'une mission de deux jours aux Philippines, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a salué jeudi les progrès considérables accomplis dans les efforts de reconstruction à Tacloban et à Guiuan, aux Philippines, deux des villes les plus durement affectées par le typhon Haiyan en novembre 2013.

« La ville de Tlacloban est à peine reconnaissable comparé à ce que j'ai vu en novembre. Les rues qui étaient pleines de décombres sont désormais encombrées par la circulation. De nombreux commerces ont rouvert leurs portes, les enfants sont de nouveaux dans les écoles qui ont rouvert au début de l'année », a expliqué Mme Amos lors d'une conférence de presse dans la capitale philippine Manille.

« Les signes de la reprise après la catastrophe sont présents partout », a-t-elle ajouté en précisant que cela est également le cas à Guiuan. Elle a salué la résilience du peuple philippin.

La Secrétaire générale adjointe a cependant souligné que malgré ces progrès importants, il reste beaucoup à faire pour les millions de personnes qui ont encore besoin d'une aide urgente pour reconstruire leurs vies et leurs moyens de subsistance et pour assurer que les progrès réalisés jusqu'à présent ne soient pas réversibles.

« Au cours des neuf mois à venir, les Nations Unies et nos partenaires humanitaires ici aux Philippines accorderont la priorité aux programmes de logement et de subsistance, tout en continuant d'offrir aune assistance et une protection aux personnes les plus vulnérables », a indiqué Mme Amos.

« Nous avons réussi à réaliser des progrès rapides dans la fourniture de logements d'urgence et d'assistance aux gens qui devaient reconstruire leurs logements, mais les besoins restent énormes. Le fait que nous avons dû évacuer les personnes qui vivaient dans des tentes et autres structures temporaires qui se sont effondrées lors du passage de deux tempêtes plus tôt cette année montre qu'il est urgent de trouver des solutions durables pour les familles affectées », a-t-elle ajouté.

Les besoins de reconstruction des moyens de subsistance sont également considérables. Un million d'agriculteurs dans la région des Visayas orientales ont été durement affectés par la destruction de plus de 33 millions de cocotiers par le typhon. Étant donné qu'il faut 6 à 8 ans pour qu'un cocotier donne des fruits, il est nécessaire de trouver d'autres moyens de subsistance en attendant. Les dégâts causés au matériel de travail des pêcheurs de la région demandent également un effort de réparation et de reconstruction.

« J'ai rencontré des représentants du gouvernement philippin qui ont réaffirmé leur engagement de poursuivre l'assistance aux communautés affectées par le biais du plan de reconstruction pluriannuel. Le plan d'action stratégique de l'ONU et de ses partenaires humanitaires soutient les deux premières phases du plan gouvernemental, dont l'aide humanitaire et les premières phases de reconstruction pendant 12 mois », a expliqué Mme Amos, en ajoutant qu'elle continuait de faire appel aux bailleurs de fonds pour soutenir ces efforts.

« Il y a des risques que nous devons éviter. Nous avons pu éviter des épidémies importantes dans les 100 jours qui ont suivi la catastrophe, mais plus de 50 cas de dengue ont été confirmés dans la région des Visayas orientales cette année. Nous devons poursuivre l'assistance aux autorités sanitaires pour réduire les risques d'épidémies », a-t-elle souligné.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Philippines : Amos visite les régions dévastées par Haiyan l’an dernier

En savoir plus





Coup de projecteur