Centrafrique : le PNUD lance un projet pour aider à reconstruire le tissu social

En République centrafricaine, le projet du PNUD initiera des travaux publics visant à réparer les infrastructures endommagées. Photo PNUD

26 février 2014 – Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a annoncé mercredi le lancement d'un nouveau programme visant à renforcer la paix et à promouvoir les efforts de redressement en République centrafricaine.

Inauguré dans la capitale Bangui, le programme de deux ans, qui doit atteindre plus de 350.000 victimes du conflit actuel, est destiné à renforcer la cohésion sociale, reconstruire les infrastructures locales et créer des possibilités d'emploi à court terme au sein des communautés ravagées par la violence.

« Le programme vise à contribuer à la reconstitution du tissu social en réduisant les facteurs de vulnérabilité d'ordre sécuritaire, social, économique et administratif, » a déclaré la Représentante résidente du PNUD à Bangui, Kaarina Immonen.

« Il jette un pont à la fois entre la situation humanitaire catastrophique que traverse la République centrafricaine et les efforts de construction de la paix, de construction de la résilience des communautés et de développement à long terme, » a-t-elle ajouté.

Plus de la moitié de la population de la République centrafricaine, soit environ 2,5 millions de personnes, ont besoin d'une assistance humanitaire. Depuis décembre 2012, la violence et l'instabilité ont déplacé plus de 700.000 femmes et hommes à l'intérieur du pays et forcé plus de 288.000 personnes à rejoindre le Cameroun, le Tchad, la République démocratique du Congo et la République du Congo.

Les activités de travail contre rémunération et de cohésion sociale débuteront à Bangui et à Bossangoa et impliqueront des ONG internationales.

Le programme, d'une valeur totale de 26 millions de dollars, sera mis en place dans les préfectures de Bangui, Ouham, Ouham-Pendé, Nana Gribizi et Haute-Kotto, situés dans le centre et l'ouest du pays. Le déficit de financement du programme s'élève encore à 22 millions de dollars.

Lors des deux prochaines années, le PNUD initiera des travaux publics visant à réparer les infrastructures endommagées, dont des réservoirs d'eau, des égouts, des ponts et des cliniques. Le programme permettra de créer des emplois temporaires, générant de nouvelles sources de revenu tout en stimulant l'économie locale.

Le PNUD dispensera également des formations professionnelles aux groupes marginalisés tels que les femmes, les jeunes et les minorités. Il les impliquera également dans les prises de décision locales en les mettant en contact avec les mairies.

En outre, des campagnes de sensibilisation comprenant séminaires, débats publics et messages radio aborderont les questions des droits de l'homme, de l'abus des drogues et de la violence sexuelle et sexiste.

En réunissant des Centrafricains de différentes origines religieuses ou ethniques, dont une moitié de jeunes, le programme prévoit d'aider à rétablir la confiance, la cohésion sociale et à renforcer la sécurité au sein des communautés.

L'initiative atteindra près de 20% de la population dans la capitale et d'autres régions touchées par la crise.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Centrafrique : l'ONU s'inquiète d'une crise alimentaire régionale due à l'exode

En savoir plus






Coup de projecteur