L'ONU lance l'Année internationale des petits États insulaires en développement

Une plage de sable noir sur l’île de Malekuka, Vanuatu. Photo Banque mondiale/Tom Perry

24 février 2014 – A l'occasion du lancement de l'Année internationale des petits États insulaires en développement (PIED) lundi à New York, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rappelé que les changements climatiques menacent un grand nombre de pays situés à faible altitude et que cette question sera à l'ordre du jour lors du Sommet sur le climat en septembre.

« J'invite l'ensemble des dirigeants à participer au Sommet du 23 septembre à New York et à annoncer des actions ambitieuses », a dit M. Ban dans son discours lors de la manifestation célébrant le lancement de cette année internationale.

L'année 2014 a été désignée par l'Assemblée générale de l'ONU comme Année internationale des petits États insulaires en développement afin que la communauté internationale puisse trouver des solutions pour protéger et préserver ces nations.

L'Année internationale vise à créer une dynamique autour de la Conférence internationale sur ces pays, qui aura lieu à Samoa du 1er au 4 septembre 2014, à mobiliser l'intérêt et le soutien au développement durable dans ces pays, à souligner leurs efforts pour surmonter les défis uniques pour le développement auxquels ils font face, ainsi qu'à célébrer leur riche patrimoine culturel et leurs contributions à la communauté mondiale.

« L'Année des PIED a lieu à un moment où la grande majorité des îles luttent contre les ravages causés par les changements climatiques, et que certaines, telles que les Maldives, sont en passe d'être submergées à cause de ces changements », a déclaré le Président de l'Assemblée générale, John Ashe.

De son côté, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales, Wu Hongbo, qui est également le Secrétaire général de la Conférence internationale sur les PIED, a souligné que les petites îles sont particulièrement vulnérables à cause de leur situation géographique.

« Tous les pays devraient être concernés par les défis auxquels sont confrontés les petits États insulaires », a affirmé M. Hongbo dans son discours.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FAO rappelle qu'il ne peut y avoir d'«économie verte» sans «économie bleue»

En savoir plus


Coup de projecteur