RDC : Robinson salue les progrès réalisés un an après la signature de l'accord de paix

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson. Photo: ONU/JC McIlwaine

24 février 2014 – A l'occasion du premier anniversaire de la signature de l'Accord-cadre pour ramener la paix en République démocratique du Congo (RDC), l'Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson, a salué lundi les progrès réalisés en un an et a appelé les pays de la région à poursuivre dans cette voie.

Il y a un an, 11 pays africains ont signé cet Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo et dans la région, mettant ainsi un terme à un cycle de conflits sanglants en RDC.

« Un certain nombre de choses se sont passées au cours de ces 12 derniers mois qui font que l'espoir d'une paix durable n'est plus seulement un rêve naïf d'idéaliste mais une réalité qui nous est presque accessible », a dit Mme Robinson dans un point de vue publié sur le site web du Département des affaires politiques des Nations Unies.

Selon elle, les progrès enregistrés depuis la signature de l'accord sont « indéniables. » « Ces progrès sont basé sur des engagements spécifiques et fondamentaux pour la paix dans la région, entre autres, celui de de ne pas interférer dans les affaires internes des autres pays et, de ne pas tolérer ou apporter un soutien aux groupes armés », a-t-elle noté.

Le mouvement rebelle du M23 a été défait et le gouvernement de la RDC a conclu un processus de paix avec les rebelles. Un mécanisme régional de suivi de l'Accord–cadre a également été établi. Un plan d'action détaillé pour la mise en œuvre des engagements spécifiques a été adopté au cours du dernier Sommet de l'Union Africaine à Addis-Abeba en janvier 2014 lorsque le Kenya et la République du Soudan ont également accepté de rejoindre le processus de l'Accord-cadre.

« Au cours de l'année écoulée, nous avons vu un accroissement graduel de la confiance et du consensus dans la région et observé une volonté accrue des dirigeants de la région de trouver une solution aux problèmes auxquels la RDC et la région sont confrontés », a noté Mme Robinson.

Mais, selon l'Envoyée spéciale il reste beaucoup reste à faire et il y a un risque permanent « de retomber dans le gouffre » comme l'ont démontré les récents évènements tragiques au Soudan du Sud et en République centrafricaine. Selon elle des engagements durables sont requis de la part de l'ensemble des parties concernées.

« Tout d'abord nous devons nous assurer de la mise en œuvre des déclarations du gouvernement de la RDC et du M23 qui ont formellement mis fin à la rébellion selon les dispositions du processus de Kampala. Un processus de désarmement et de démobilisation complet doit être mis en place et les anciens combattants du M23 présents en Ouganda et au Rwanda doivent être rapatriés pour rétablir la confiance et réaliser des progrès », a-t-elle dit.

« Les aspects économiques et sociaux de l'Accord-cadre doivent être accélérés également. La paix ne peut pas s'établir sans évidence probante sur le terrain que des emplois et les affaires peuvent se développer », a-t-elle ajouté.

Enfin, « les progrès seraient limités si le potentiel énorme et les valeurs des femmes et de la jeunesse n'étaient pas pris en compte dans la recherche de solutions durables et la mise en œuvre de l'Accord-cadre ». Mme Robinson s'est félicitée du lancement de la Plateforme des femmes pour l'Accord-cadre à Addis Abeba le 28 janvier.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Accord de paix en RDC : Robinson souhaite des résultats palpables pour la population

En savoir plus






Coup de projecteur