Ukraine : Ban se dit préoccupé par l'escalade de la violence et appelle à renouer le dialogue

Ban Ki-moon.

20 février 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exprimé jeudi sa très grande préoccupation concernant l'escalade de la violence en Ukraine qui a causé la mort de plusieurs dizaines de personnes mercredi et jeudi dans la capitale Kiev.

« Je continue d'appeler les parties prenantes à cesser la violence et les autorités ukrainiennes à s'abstenir de faire un usage excessif de la force. Je suis consterné par l'usage des armes à feu par les policiers et les manifestants », a dit M. Ban en réponse à une question d'un journaliste lors d'un point de presse à la sortie d'une réunion du Conseil de sécurité.

« J'exhorte toutes les parties prenantes à reprendre immédiatement un véritable dialogue. Cela est l'unique moyen d'empêcher de nouvelles effusions de sang et de trouver une solution à la crise politique, sécuritaire et économique », a-t-il ajouté en affirmant que l'ONU se tenait prête à soutenir les Ukrainiens pour résoudre la crise.

De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a exprimé sa préoccupation concernant l'impact de la violence en Ukraine sur les enfants et leurs familles, suite aux informations faisant état d'incidents où des enfants auraient été blessés dans la capitale Kiev.

« L'UNICEF cherche à confirmer ces informations et suit de près la situation, en particulier des enfants. Toutes les parties prenantes sont responsables de la protection des enfants », a rappelé l'UNICEF dans un communiqué de presse.

Les enfants sont particulièrement vulnérables dans les situations de conflit armé, non seulement à cause de la violence elle-même mais également à cause des séquelles du traumatisme d'avoir été exposé à cette violence.

« Parmi les menaces au bien-être des enfants sont le risque de séparation avec leurs parents dans des situations chaotiques et l'interruption des services de base. Dans certaines zones affectées par la violence, des écoles ont été fermées et les centres de santé sont difficilement accessibles. Dans de telles situations, des mesures spéciales doivent être prises pour soutenir les enfants », a souligné l'UNICEF.

De son côté, la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a dénoncé le meurtre d'un journaliste à Kiev. Elle a appelé au respect du droit des professionnels des médias à couvrir l'actualité, même lors de troubles civils.

« Je condamne fermement le meurtre de Vyacheslav Veremyi. Je suis également très préoccupée par les nombreux journalistes blessés lors des manifestations à Kiev », a déclaré Mme Bokova. « J'appelle toutes les parties à reconnaître le statut spécifique des journalistes afin qu'ils puissent travailler dans des conditions sûres. Je lance un appel aux autorités pour qu'une enquête approfondie soit menée et que la justice soit rendue rapidement ».

Vyacheslav Veremyi était correspondant pour le journal ukrainien Vesti. Le 18 février, des inconnus l'ont extrait de force d'un taxi alors qu'il quittait la place Maïdan pour se rendre chez lui. Puis, ils l'ont abattu. Le journaliste est mort à l'hôpital le lendemain.

Selon plusieurs sources, plus de 30 journalistes ont été blessés lors des violents incidents en Ukraine le 18 février.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban appelle à la retenue en Ukraine où de nouveaux affrontements ont éclaté à Kiev

En savoir plus





Coup de projecteur